La référence technique au service des éleveurs
Le vaccin Ubac est indiqué pour l’immunisation active de vaches et des génisses afin de réduire l’incidence des infections cliniques intramammaires causées par Streptococcus uberis, réduire le nombre des cellules somatiques dans les échantillons de lait et réduire les pertes de production de lait. Photo : ©Hipra

Un premier vaccin contre les mammites à Streptococcus uberis

Après le premier vaccin polyvalent contre les mammites bovines dues aux Staphylocoques et aux coliformes Startvac®, et le premier vaccin spécifique contre les mammites des petits ruminants à staphylocoques Vimco®, Hipra...
Les étudiants ont proposé d’implanter deux prairies temporaires afin de gagner en autonomie fourragère. © D.Bodiou/Pixel6TM

Baisser le coût alimentaire des taurillons

Tous les ans le Gnis organise le concours prairies. Il s’adresse aux étudiants de BTS et d’IUT. En binôme, ils sont amenés à se mettre dans la peau d’un technicien afin d’analyser et d’améliorer le système fourrager d’...
e-DIP de BouMatic autonomise le trempage. ©DR

BouMatic lance e-DIP pour automatiser le trempage

Et si le post-trempage des rayons, la désinfection du faisceau et le rinçage de celui-ci ce faisait de manière automatique ? C’est maintenant possible avec l’unité de traite e-DIP de BouMatic. Ce système regroupe au...
Des essais comparatifs menés par Horsch montrent que la levée homogène des pieds, conditionnée par la pression appliquée sur l’élément semeur, est l’un des paramètres les plus importants afin de maximiser le rendement futur du maïs. Photo : ©C.Milou/Pixel6TM.

Régularité de la profondeur d’un semis de maïs : un paramètre essentiel

Des essais comparatifs menés par Horsch montrent que la levée homogène des pieds, conditionnée par la pression appliquée sur l’élément semeur, est l’un des paramètres les plus importants afin de maximiser le rendement...
En 2018, Even a rémunéré le lait de ses 734 exploitations adhérentes à près de 342 €/1000 litres. Photo : ©D.Bodiou/Pixel6TM

Even : un retour de résultat de 11,33 €/1000 litres

Dans un contexte de marchés laitiers chahutés, le groupe coopératif Even résiste avec un chiffre d'affaires stable à 2,2 milliards d'euros en 2018. Ses résultats lui ont permis de rémunérer le lait de ses producteurs...

Viande bovine

Recul de la production attendu en 2019

Les poids de carcasse des jeunes bovins devraient baisser significativement après un second semestre 2018 marqué par l'engorgement du marché, qui a provoqué des retards de sorties et un fort alourdissement des animaux.

Après une année 2018 marquée par la sécheresse et un marché particulièrement encombré, l'Institut de l'élevage prévoit un repli significatif de la production française de viande bovine en 2019 (- 3 % /2018). La production nette contrôlée de bovins finis totaliserait 1,41 million de tonnes équivalent carcasse.

Equipement

Vos logettes sont-elles bien réglées ?

Publié le 23/01/2019 par Gael LANDAIS dans
En position couchée, les pattes et le bassin ne doivent pas dépasser le seuil de la logette mais l’arrière de l’animal ne doit pas être avancé de plus de 20 cm par rapport au seuil.
Vous pensez que vos logettes sont réglées de façon optimale pour votre troupeau ? Ce n’est peut-être pas le cas. En effet, si votre stabulation date de plusieurs années, il est fort probable que le réglage des logettes ne soit plus adapté à vos vaches.

Prédiction de la qualité de la viande bovine

La science progresse

Les programmes de recherche successifs ont permis d’identifier des gènes impliqués dans la tendreté de la viande et permettent, désormais, d’envisager la création d’outils opérationnels de prédiction des qualités de la viande.

Les travaux, nationaux et internationaux, entrepris depuis le début des années 2000, ont permis d’accéder à une meilleure connaissance des processus biologiques impliqués dans l’élaboration de la tendreté de la viande bovine.

Concours prairies Gnis

Miser sur la luzerne pour plus de protéines

Implanter une luzernière, la solution pour gagner en autonomie protéique.

Chaque année, le Gnis organise le concours prairie. Le concours s’adresse aux étudiants de BTS et d’IUT.

Fil rouge : suivez la construction d'un bâtiment d'élevage de A à Z

Publié le 21/01/2019 par Claire LAMY GRANDIDIER

C’est dans le Cantal, sur une zone de moyenne montagne, à environ 600 m d’altitude, qu'Émilie a rejoint son père sur l’exploitation familiale. Il possédait 55 vaches Salers pour 75 ha de SAU dont 70 ha d’herbe et 5 ha de triticale. À son arrivée, ils avaient la volonté d’agrandir progressivement le troupeau à 80 vaches.

Collecte

Lait bio : un niveau record en 2018

En 2018, la production française de lait biologique s’est élevée à près de 837 millions de litres, soit une augmentation de plus de 31 % par rapport à l’année précédente.

La collecte de lait de vache bio a atteint un niveau record en 2018, indique FranceAgriMer dans un communiqué, après son conseil spécialisé pour les filières laitières du 9 janvier.

Étude prospective

Quel avenir pour la filière viande bovine à l'horizon 2040 ?

La Mission Prospective de FranceAgriMer a imaginé cinq scénarios d'avenir pour la filière viande bovine française, "qui puissent servir aux décideurs de la filière, en vue de l'élaboration de stratégies gagnantes".

FranceAgriMer a réalisé, à la demande d'Interbev, un exercice de propsective sur la filière viande bovine à l'horizon 2040. Les professionnels, les chercheurs et les experts mobilisés ont imaginé cinq scénarios contrastés d'évolution de la filière viande bovine.

Prix national de la dynamique agricole

Le bœuf de Kobe et l’abattoir de Guillestre à l’honneur

Cette année, le prix national de la dynamique agricole a récompensé six projets.

Ce mercredi 16 janvier, lors de la 27eédition du prix national de la dynamique agricole et de la pêche, six projets ont été récompensés dans six catégories. Focus sur deux d’entre eux. 

Parasitisme interne des bovins au pâturage

« Le but, c’est de ne pas avoir à soigner »

« Pour gérer au mieux le parasitisme interne lié au pâturage, il faut connaître ses parcelles, les améliorer, bien gérer le pâturage, bien observer. On accumule l’expérience avec les années », confie Jean-Pierre Bailly.

Si le pâturage offre une nourriture de qualité à moindre coût, il a un inconvénient majeur : les bovins au pâturage sont soumis à un certain nombre de parasites internes : les strongles gastro-intestinaux, les strongles respiratoires, la grande douve, le paramphistome.

Pages