La référence technique au service des éleveurs

Listes des articles de Danielle Bodiou

Bretagne

La bio continue de séduire les éleveurs laitiers

Sur les 383 nouvelles fermes bretonnes engagées en bio au cours de l’année 2017, 23 % le sont en production laitière.

Après une année 2016 exceptionnelle pour le développement de la bio en Bretagne, l’engouement pour l’agriculture biologique se poursuit dans la région.

Sciences

Ce que l’on sait de la conscience animale

Les animaux connaissent des émotions, définies comme des modulations des capacités cognitives impliquant des changements attentionnels, d’apprentissage, du jugement ou de la mémoire.

Une expertise multidisciplinaire de l’Inra analysant des études comportementales, cognitives et neurobiologiques tend à montrer chez des espèces animales l’existence de contenus élaborés de conscience : émotions, mémoire, reconnaissance des limites de leurs connaissances. Le point avec Pierre Le Neindre, docteur en éthologie et chercheur ex-Inra de Clermont-Ferrand.

Prévisions viande bovine 2018

Une nouvelle baisse des sorties de taurillons

Le recul global de la production de viande bovine en France en 2018 découlera notamment de la baisse des volumes de taurillons abattus.

Le repli de production de viande bovine enregistré en France en 2017 devrait se poursuivre en 2018, sont les prévisions élaborées par le GEB-département de l'économie de l’Institut de l’élevage.

Programme européen

Dairy-4-Future, pour un élevage laitier résilient

Le projet Dairy-4-Future vise à améliorer la résilience socio-économique et la durabilité des systèmes laitiers de l’Espace Atlantique. Photo : Springfield Gallery

Le 8 janvier, à Rennes, a été officiellement lancé le projet Interreg Dairy-4-Future. L’objectif de ce programme européen ? Apporter des solutions techniques aux acteurs amont et aval de la filière laitière afin d’améliorer la résilience et la durabilité des systèmes laitiers de l’Espace Atlantique.

Conjoncture

La production de lait se redresse

Selon le Cniel, la tendance haussière de la production de lait devrait se poursuivre dans l’Union européenne au cours des prochains mois. Photo : C. HELSLY/CNIEL

La collecte française de lait augmente de nouveau depuis la fin du mois d’août, indique le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel) dans une note publiée le 29 novembre. Elle dépasse désormais assez largement le niveau de l’année 2016, et rejoint celui de l’année 2015. 

Races bovines laitières

Le croisement s’accompagne de gains de rentabilité

Selon l’Inra, les effets bénéfiques du croisement entre races ne sont obtenus à plein qu’au bout de 10-15 ans et en soumettant tout le troupeau à un schéma de croisement rotatif. Photo : DR

Le croisement entre races bovines laitières reste très peu développé en France. Selon l’Inra, dans le contexte actuel de prix instables, tant pour les intrants que pour le lait commercialisé, « cette pratique apparaît comme une voie pertinente pour améliorer les performances technico-économiques des ateliers initialement en race pure Holstein et produisant jusqu’à 9 000 l/vache/an ».

Étude du cabinet Blézat Consulting

"La filière bovine ne produit pas assez de valeur"

Sur le marché intérieur, la demande s’oriente clairement vers la viande hachée et les pièces nobles sont de plus en plus difficiles à valoriser, constate le cabinet Blézat Consulting. Photo : milanchikov

Le cabinet Blézat Consulting a réalisé, à la demande de FranceAgriMer, un travail d’évaluation des évolutions du contexte économique, réglementaire et sociétal des filières agricoles depuis la définition des premières stratégies nationales à l’horizon 2025, publiées en 2014.

Estimations de la MSA

Le revenu moyen 2016 entre 13 000 et 15 000 €

Selon la MSA, près de 20% des exploitants seraient en déficit en 2016, une proportion qui varierait de 11% à 35% des exploitants selon les caisses régionales. Photo : D. NEUMEISTER

Le revenu annuel des agriculteurs a légèrement augmenté en 2016, selon un premier bilan de la Mutualité sociale agricole (MSA) diffusé le 10 octobre.

Projet de loi de finances 2018

Le budget agricole en hausse de 400M€

Dans le projet de loi de finances 2018, 5,7 M€ supplémentaires sont alloués au ministère de l’agriculture pour lutter contre les maladies animales, comme la tuberculose et la brucellose des ruminants. Photo : F.JOLY/CNIEL

Le projet de loi de finances pour l’année 2018 prévoit de doter le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de 5,2 milliards d’euros en crédits de paiement (+1,6% par rapport à la loi de finances initiale pour 2017) et de 5,1 milliards d’euros en autorisations d’engagement (-1,4%).

Pages