La référence technique au service des éleveurs

Listes des articles de Mathieu Lecourtier

Abreuvement des bovins

La disponibilité en eau ne s’improvise pas

Publié le 25/01/2018 par Mathieu Lecourtier dans
La qualité de l’eau détermine aussi la quantité d’eau bue par les bovins. Être en mesure de nettoyer les abreuvoir est donc essentiel.

Nombreux sont les facteurs qui influencent la quantité d’eau évacuée et ingérée par les bovins. On peut notamment citer leur caractéristiques propres (leur poids, leur état, le stade physiologique, le niveau de production laitière, etc.), les caractéristiques de la ration, les conditions climatiques, la qualité de l’eau et l’accès à cette dernière.

Causes des avortements en élevage ruminant

Données et protocoles standardisés avec Oscar

Un nouveau né mort dans les 12 heures qui suivent la mise bas est considéré comme un avortement. Photo : M. Lecourtier/Pixel image

Le coût d’un avortement est estimé entre 150 et 800 euros en élevage bovin selon le stade auquel il survient. Il comprend l’impact économique direct (perte du produit, de l’insémination artificielle, baisse de la productivité numérique) et indirect (ralentissement de la diffusion du progrès génétique, transmission de l’agent infectieux aux congénères…).

Abreuvement

Ne pas rebuter les bovins à l’abreuvoir

À partir de 2,5 g/l de bouse dans l'eau, les animaux ont tendance à bouder un abreuvoir. Photo : H.Grare/Pixel Image

Le museau humide, une résistance électrique bien inférieure à celle de l’homme, les animaux sont très sensibles aux courants parasites par tension de contact. Si une telle problématique existe dans un bâtiment d’élevage et donc, a fortiori, au niveau des abreuvoirs, les animaux vont avoir tendance à moins boire. Qui dit moindre abreuvement signifie moindre production.

Élevage & environnement

Des arguments existent pour défendre l'élevage

Génisses en train de pâturer. © M. Lecourtier/Pixel image

Émissions de gaz à effet de serre, consommation d’eau et bien d’autres encore font de l’élevage une cible facile en matière d’environnement. Les associations et manifestations visant à remettre en cause l’élevage font bien plus de bruit que les travaux ou événements qui promeuvent les services rendus par l’élevage à la société.

Engraissement des jeunes bovins

La contrainte « place » n’engendre pas de pertes

Contraintre les animaux à la fois à l’auge et en surface de couchage ne semble pas montrer d’effet néfaste sur leur performances zootechniques d’après des essais d’Arvalis - Institut du végétal. Photo : H. Grare/Pixel image

Lors de la journée technique fourrage et engraissement organisée à la ferme expérimentale Lorraine de Saint-Hilaire-en-Woëvre le 19 octobre dernier, Arvalis – Institut du végétal a présenté les résultats d’une expérimentation sur la surface octroyée à chaque jeune bovin.

Confort des jeunes bovins

Un certain standing à respecter

Dans un bâtiment d’élevage, il est conseillé de faire entrer la lumière par un autre moyen que les translucides sur le toit. Photo : M. Lecourtier/Pixel image

Un bovin adulte dégage approximativement 25 litres d’eau et 1 000 W par jour qu’il est essentiel d’évacuer en dehors du bâtiment. À ce sujet, la journée technique fourrage et engraissement organisée à la ferme expérimentale Lorraine de Saint-Hilaire-en-Woëvre le 19 octobre dernier était l’occasion de rappeler quelques règles de confort lors de la phase d’engraissement des jeunes bovins.

Institut de l’élevage

Un pilotage plus fin des troupeaux et des élevages

Sm@rt Élevage a, entre autres, vocation à évaluer l’impact des nouvelles technologies sur les élevages. © N. Tiers/Pixel image

À la fin de l’été 2017, l’institut de l’élevage présentait le programme Sm@rt Élevage qui a vocation à lui permettre, ainsi qu’à ses partenaires, de se doter d’outils et d’une organisation pour conduire un programme structurant sur cette thématique complexe, polymorphe (capteurs, données, robotique, outils d’aide à la décision…) et en plein essor de la smart agriculture.

Pages