La référence technique au service des éleveurs

Groupe Seenergi

5 entreprises de conseil en élevage se regroupent

Les présidents (en première ligne) et les directeurs des 5 entreprises de conseil élevage formant le Groupe Seenergi. Photo : N. Tiers/Pixel image

Cinq entreprises de conseil en élevage du Grand Ouest occupant un territoire de onze départements, forment le groupe Seenergi depuis le 1er janvier 2015. Il s'agit de Littoral normand, Eilyps, Clasel, Elevage conseil Loire Anjou et Atlantic conseil élevage.

Les dirigeants ont souligné qu'il s'agissait d'une union de moyens, mais que les 5 entreprises continuent à exister en leur nom afin de maintenir la proximité avec leurs adhérents. La nouvelle SAS, basée à Pacé (Ille-et-Vilaine), est pilotée par un conseil d'administration de 15 personnes et un directoire composé des
5 directeurs.

Philippe Royer, directeur de Clasel et du groupe Seenergi :

Nous ne sommes pas dans une volonté de conquête de territoire, mais dans celle de mieux servir nos adhérents éleveurs, afin qu'ils trouvent leur place dans un projet cohérent pour les années à venir.

Thierry Hulmer, président de Littoral normand et du groupe Seenergi renchérit :

Notre démarche n'est pas isolée. Elle s'inscrit dans la cohérence du réseau national des organismes de conseil en élevage, France conseil élevage.

Le groupe Seenergi représente 16 000 élevages dont une majorité d'élevages bovins lait, 1 million de vaches laitières contrôlées chaque mois, ainsi que 100 000 vaches allaitantes et
100 000 chèvres.
L'élevage laitier est dans un contexte de profonde mutation : baisse du nombre d'exploitations, augmentation de la taille des troupeaux, robotisation (1 installation sur 2 dans l'Ouest), arrêt des quotas.

Conserver sa place de leader

Face à ces changements, le groupe Seenergi a pour objectifs de développer des outils et services, et d'adapter ses compétences, de façon à créer de la valeur ajoutée au niveau des éleveurs, des entreprises de conseil, et plus globalement au niveau des filières d'élevage.

La mutualisation des moyens va permettre aux 5 entreprises d'atteindre un poids financier significatif pour mener des projets d'envergure en recherche et développement notamment. Le groupe Seenergi compte bien être le référent en matière de collecte de données, de conseil et de services aux éleveurs, afin de "conserver sa place de leader en conseil".

Des chantiers sont déjà à l'oeuvre comme la saisie numérique des informations en salle de traite qui va remplacer complètement la saisie sur papier. Les entreprises travaillent aussi sur la connexion avec les robots et les salles de traite intelligentes, et sur l'articulation entre leurs systèmes d'information et les systèmes d'information des élevages.

Face à cette masse de données collectées, la réflexion est engagée sur la sélection des infos primordiales, leur croisement, leur interprétation, la création de nouveaux indicateurs pour le pilotage quotidien des élevages. Laurent Taupin, président du Clasel :

Il faut savoir faire parler les données, et fournir les bons indicateurs au bon moment.

Une école robot de traite

Jean-Paul Houis, président d'Elevage conseil Loire Anjou :

Nous sommes un beau groupe mais nous restons humbles. Nous ne pourrons pas tout faire tout seuls. C'est pourquoi nous avons une politique d'ouverture et nous souhaitons nouer des alliances stratégiques avec des partenaires.

Ces partenaires peuvent être :

  • les entreprises laitières (comme pour le nouveau service de prévision de collecte);
  • les entreprises de sélection, sans exclusivité;
  • les fournisseurs d'équipement d'élevage (traite, monitoring) afin de s'adapter aux outils des éleveurs, et d'avoir des experts par marque pour les robots par exemple;
  • la profession agricole dans son ensemble (chambres d'agriculture, centres de gestion, cumas) afin de garantir l'indépendance du conseil et la valorisation des références issues des données.

Enfin, côté compétences, le groupe Seenergi travaille notamment à la mise en place en interne d'une "école robot de traite" afin de spécialiser certains des conseillers. En effet, d'ici fin 2015, le territoire du groupe comptera 1500 élevages robotisés.

Philippe Royer souligne en outre :

Grâce à une dizaine de formations avec des vétérinaires spécialisés, nous allons devenir leader en conseil sur les médecines alternatives.

Lire aussi :
Lait : un nouveau service de prévision de collecte
Détecter précocement le risque d'acétonémie

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.