La référence technique au service des éleveurs

Vaches laitières

À combien revient l’automatisation de l’alimentation ?

Le robot d’alimentation permet un gain de temps d’une heure par jour en moyenne. CP : M.Lecourtier/Pixel6TM

Les enquêtes de terrain réalisées par la chambre d’agriculture des Pays de la Loire montrent qu'un robot d'alimentation représente un gain de temps moyen d’une heure par jour pour un agriculteur. Mais de nombreux facteurs impactent ses coûts d’achat et de fonctionnement, qui peuvent passer du simple au double. 

Deux types de materiel ont ainsi été observés : la distribution automatisée sur rail et celle sur roues.   

« En matière d’investissement, les facteurs de variation sont liés à la diversité des rations, aux nombres d’animaux à nourrir (de tables et/ou de stockeurs) et de lots avec une ration différente (mélangeuse à poste fixe...), ainsi qu'au cheminement de l’automate de distribution à créer pour alimenter tous les bâtiments (site compact ou éclaté). La possibilité, ou pas, de réutiliser un bâtiment existant pour aménager la cuisine est aussi un levier déterminant dans le coût », explique Stéphane Coutant, qui est à l’origine de l’étude.

Des coûts variables

En matière de coût de fonctionnement, les facteurs de variation sont liés au positionnement des stockages primaires (silos d’ensilage, hangars à fourrage) par rapport à la cuisine. Les temps de trajet et de manœuvres diffèrent donc d’un atelier à l’autre.
La maintenance du matériel (graissage, batteries pour les systèmes sur roues...), les consommations de gazole non routier et d’électricité et le temps passé par l’éleveur – y compris pour le nettoyage des installations – ont été pris en compte dans les calculs. Le temps moyen nécessaire pour approvisionner la cuisine, environ une demi-heure par jour, ne diffère pas entre les solutions vrac ou cubes. Si le coût de main-d’œuvre (de 2 600 euros à 3 400 euros par an) est assez semblable entre les deux types d’alimentation, les consommations électriques, en revanche, peuvent passer du simple au double à cause des batteries. 
 
Selon les fournisseurs, le niveau de saturation se situe aux alentours de 800 têtes pour un automate de distribution, mais il peut varier en fonction de la complexité des rations et du nombre de lots à distribuer. 

Des coûts qui restent élevés pour un troupeau limité

Comparée aux systèmes plus classiques de distribution (bol mélangeur en propriété, automotrice en Cuma), l’automatisation de l’alimentation coûte plus cher tant que le nombre de têtes à nourrir reste limité. Ainsi, pour une exploitation de 300 têtes avec une référence de 800 000 litres de lait, le coût total d’un système automatisé serait d’environ 25 euros /1000 l, contre de 16 à 22 euros pour les autres solutions.  

« Toutefois, il est fréquent que l’automotrice ne distribue qu’une seule ration censée convenir à l’ensemble du troupeau. Cela engendre des manques à gagner et des coûts supplémentaires non comptabilisés ici »précise Stéphane Coutant.

 
Le gain de temps, très variable, dépend de la situation de départ. Le temps gagné moyen, sur les élevages enquêtés, est d’environ une heure par jour. Même si, dans la pratique, la cuisine est approvisionnée tous les jours, l’automatisation permet de tenir jusqu’à trois jours pour les systèmes avec tables et cubes d’ensilage, selon la saison et la qualité du tassement du silo. Enfin, la précision des quantités permet d’optimiser les rations au stade des animaux plus facilement qu’en système classique.

Synthèse des coûts de l’automatisation de l’alimentation
 
 Synthèse des coûts de l’automatisation de l’alimentation
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site