La référence technique au service des éleveurs

Covid-19

Cinq leviers pour moduler votre production de lait

L’Idele propose cinq leviers pour aider les éleveurs à moduler leur production de lait. CP : P.Dureuil/Cniel.

La filière laitière étant chamboulée par les conséquences de la pandémie du Covid-19, la FNPL et le Cniel demandent aux éleveurs de diminuer leur volume de production. 
À une période où le pic de production laitier est à son maximum, l’Idele propose quelques pistes de réflexion sur les leviers disponibles pour moduler la production laitière.

 « Réduire de quelques points la production laitière est techniquement réalisable. Cependant, tout changement peut engendrer une réorganisation dans les exploitations. Dans tous les cas, il est recommandé́ de prendre contact avec un conseiller », assure l'organisation.

Anticiper les réformes et jouer sur la durée du tarissement

Outre l’anticipation des réformes, un des premiers leviers cités par l’Idele concerne le tarissement. La durée moyenne de la période sèche étant actuellement de 63 jours, l'allonger d’un mois peut être envisagé. Cette technique diminue la production laitière significativement sans pénaliser les futures lactations.

D’après l’organisation, « si on allonge la période sèche de 30 jours sur une vache dont la production est de 18 kg de lait par jour, environ 540 litres de moins sur un mois seront produits. Ce qui équivaut à 2700 litres de moins à livrer pour cinq vaches taries avec un mois d’avance. »

Réorganiser sa ration

Autre levier possible, celui de l’ajustement de la ration en diminuant les concentrés et en ajustant les fourrages. Il est conseillé de réduire le concentré de production et d'ajuster les fourrages complémentaires à l’herbe pâturable disponible afin de réduire le correcteur azoté, voire de le supprimer dès qu’une demi-ration de pâturage est atteinte. 

« Réduire les quantités de concentrés est une solution efficace pour ralentir la production, reconnaît l’Idele. Cela a aussi le mérite d’être facilement réversible pour reprendre rapidement une production normale. »

Mettre en place la monotraite

La monotraite peut également être mise en place. L’Idele rappelle que la suppression d’une traite par semaine est envisageable dans tous les systèmes alimentaires, et que cette dernière n’a qu’un impact modéré sur la baisse de la production, aux alentours de 5 %.
Supprimer une traite par jour est donc possible, et ce quels que soient le potentiel de production et la race des vaches. La baisse de production est en moyenne de 25 % pendant la période de monotraite, mais elle varie d’un animal à l’autre.

« La réduction de la fréquence de traite permet de freiner la production des vaches laitières et peut améliorer leur état sanitaire ainsi que leurs performances de reproduction, à condition de respecter quelques conseils, notamment en matière d’alimentation, indique l’Idele. Cette technique est réversible et n’entraîne pas d’investissement spécifique. Il subsiste une perte de lait inférieure à 1,5 kg de lait par jour lors du retour à deux traites, mais aucun effet ne persiste sur la lactation suivante. »

Du lait entier pour les veaux

Dernier levier sur lequel les éleveurs peuvent jouer : la distribution du lait aux veaux. Proposer du lait entier en remplacement du lait reconstitué peut aider à réduire rapidement et instantanément les livraisons.

« Il est possible d’utiliser cette technique, soit pour les veaux qui viennent de naître, soit pour ceux déjà « démarrés » avec un aliment d’allaitement. Dans ce dernier cas, il sera nécessaire de réaliser une phase de transition d'une semaine entre les laits », indique l’Idele. 

 
Il est à noter que les effets de ces leviers varient en fonction de la conduite du troupeau et du système d’alimentation. Leur pertinence économique est à calculer en fonction du prix du lait, des éventuelles indemnités et des économies potentielles de charges. 
 
Vous pouvez retrouver la synthèse de ces leviers ici. 

À lire aussi : 

- La FNPL travaille sur un dispositif sans perte de revenus pour les éleveurs

-Un fonds de solidarité de dix millions d’euros pour limiter les volumes de lait

 
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site