La référence technique au service des éleveurs

Bien-être animal

Comment choisir son brise-vent ?

Les brise-vent jouent un rôle essentiel pour maintenir une ambiance saine dans les bâtiments d'élevage.

L’été est bientôt terminé, l’hiver viendra vite, sous peu il faudra songer à rentrer les bêtes. Pour que cette période se passe sans encombre, quelques éléments sont à prendre en compte lors du choix d’un brise-vent.
En hiver, pour une ambiance de qualité dans un bâtiment d’élevage, il faut "de l’air sans courant d’air".  Les jeunes ruminants sont particulièrement sensibles aux courants d’air, qui peuvent être un facteur aggravant des pathologies respiratoires. L’ambiance à l’intérieur du bâtiment doit rester saine, il faut donc mettre en place des ouvertures latérales permettant à l’air frais d’entrer en quantité importante mais avec une vitesse très faible afin d’éviter tout risque de courant d’air sur les aires de vie. C’est là que les brise-vent jouent un rôle essentiel. Celui d’assurer en toutes circonstances un débit d’air minimal en vue d’évacuer les gaz et la vapeur d’eau issus de la respiration des animaux et de la dégradation de la litière. 
Choisir le bon brise-vent ne va pas forcément de soi. À ce propos, l’Idele a publié une étude dans laquelle sont répertoriés les différents critères de choix à prendre en compte. 

Deux principaux critères  

Le premier critère à considérer est l’aptitude d’un produit à s’opposer aux risques de courants d’air appelée l’efficacité. Le second, par l’intermédiaire du "coefficient multiplicateur de surface", est de s’assurer que le débit d’air obtenu avec cette protection reste suffisant.
 

Calculer son efficacité

L’efficacité est le coefficient de réduction de la vitesse du vent (E=1-vitesse résiduelle/vitesse initiale). En général, on retient une efficacité de 0,85 à 0,90 pour des veaux et de 0,75 au moins pour des adultes. De ce fait, on choisira un brise-vent selon
le degré de protection recherché pour les animaux. À noter qu’un site très exposé demande une efficacité élevée si les animaux sont situés à proximité immédiate du brise-vent. Dans le cas contraire, si les animaux sont éloignés, on peut accepter une efficacité plus réduite. Mais dans tous les cas, la vitesse de l’air sur l’aire de vie doit rester inférieure aux seuils de 0,25 m/s pour les jeunes animaux et 0,50 m/s pour les adultes.

Prendre en compte le coefficient multiplicateur

Deuxième facteur important, le coefficient multiplicateur de surface. Lorsque le produit brise-vent est posé sur la totalité de la surface d’un côté du bâtiment, cette dernière est généralement suffisante par rapport aux besoins, et ceci avec la plupart des matériaux brise-vent. Dans cette situation, le coefficient multiplicateur n’est pas le paramètre limitant pour le choix du produit. Mais dans tous les cas, il est important d’intégrer ce critère à la réflexion pour ne pas commettre d’erreur technique. 
 

Critères économiques

D’autres critères peuvent être pris en compte pour choisir son brise-vent. Tout d’abord, le prix au m2. Le prix au m2 est certes important mais le prix au m2 posé l’est encore plus. Des prix qui s’échelonnent de moins de 20 €/m2 à plus de 150 €/m2
Un prix qui influe également sur la facilité de la pose. Plus le produit est élaboré et fait appel à de la menuiserie métallique avec des mécanismes, et moins l’auto-construction sera envisageable. 
 

Couleur et résistance

Il faut également penser au choix de la couleur. Les brise-vent sont de couleurs variable d’une part en raison de leur nature mais aussi parce qu’ils peuvent être disponibles dans plusieurs couleurs. D’une manière générale, des teintes de matériaux mates sont préférables pour une bonne intégration visuelle du bâtiment dans le paysage.

Critères techniques 

Par ailleurs, la résistance mécanique n’est pas à prendre à la légère. Il s’agit surtout pour les produits textiles, comme les bâches ou les filets, d’une résistance globale à un effort de traction. La résistance à la déchirure et à l’abrasion sont aussi à considérer.
Pour finir, la résistance à l’empoussièrement influe le choix du brise-vent. Le risque d’empoussiérage est accru lorsque les orifices sont de petites dimensions et de géométrie complexe. Pour conserver un débit d’air constant dans le temps, il est essentiel de maintenir le brise-vent propre. 
Concernant la pluie, certains matériaux la laissent plus facilement passer. Par exemple, les bardages en planches sont plus efficaces pour s’en protéger. 
 
Pour retrouver l’ensemble de l’étude, rendez-vous ici.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.