La référence technique au service des éleveurs

Rapport de la FAO

Covid-19 : des effets sur les marchés mondiaux du lait et de la viande

Publié le 25/06/2020 par Danielle Bodiou dans
En Europe, la production de lait est prévue en baisse de 0,3 % ( -0,6 million de tonnes), à 225,7 millions de tonnes.  C. Helsly/Cniel

L'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) vient de publier un nouveau rapport sur les perspectives de l’alimentation présentant les tendances de la production et des marchés en 2020-2021 pour les produits alimentaires les plus commercialisés.

Selon ce rapport, malgré les perturbations sur les marchés causés par la pandémie du Covid-19, la production mondiale de lait s'avère résiliente et pourrait même connaître en 2020 une hausse de 0,8 % (à 859 millions de tonnes), résultat d’une progression attendue notamment en Asie et en Amérique du Nord. En Europe, la production de lait est prévue en baisse de 0,3 % ( - 0,6 million de tonnes), à 225,7 millions de tonnes.

Cependant, les prévisions indiquent que la demande d'importations de produits laitiers devrait connaître des difficultés et les exportations mondiales une contraction de 4 % (-3 millions de tonnes), à 74 millions tonnes en 2020, soit la plus forte baisse annuelle depuis trois décennies. Les prévisions font état d’une nette diminution des importations de la Chine, de l’Algérie, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Vietnam et du Mexique.

En Europe et au Royaume-Uni, les exportations de produits laitiers sont attendues en repli de 7,4 %, en raison notamment d’une baisse des expéditions de poudre de lait vers les pays du Moyen-Orient.

Viande : les cours mondiaux en chute de 8,6 % depuis janvier 2020

Les prévisions indiquent que la production totale de viande dans le monde devrait diminuer de 1,7 % en 2020 suite aux perturbations liées au Covid-19, des effets persistants des sécheresses et des maladies animales.
Le commerce international de viande devrait enregistrer une croissance modérée – mais nettement plus lente qu'en 2019 – en grande partie soutenue par les fortes importations en provenance de Chine.
Les cours internationaux de la viande ont chuté de 8,6%  depuis janvier 2020 – avec une baisse record pour la viande ovine, suivie par la volaille, le porc et les viandes bovines – en lien avec les mesures de lutte anti-Covid-19, comme les blocages logistiques qui en ont découlé, la forte baisse de la demande mondiale d'importations, et d'importants volumes invendus de viande.
 

« Les effets de la pandémie du Covid-19 se sont fait sentir, et ce à plusieurs niveaux, dans tous les secteurs de l'alimentation pris en compte dans l'évaluation de la FAO. Les marchés des produits alimentaires resteront dans l'incertitude pendant plusieurs mois encore. Cependant, le secteur de l'agroalimentaire devrait s'avérer plus résilient que d'autres face à la crise pandémique », indique le rapport de la FAO. 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site