La référence technique au service des éleveurs

Filière viande

Défiblonde, un projet pour améliorer la finition des vaches

Défiblonde vise à construire une démarche d’amélioration de l’efficience de la conduite en finition. ©H.Grare/TerroirEst

Commandité par FranceAgriMer et réalisé par l'Institut élevage, le projet Défiblonde, qui vise l'amélioration des pratiques de finition des vaches Blondes d’Aquitaine, présente ces résultats à mi-parcours. 

La blonde d’Aquitaine, bien qu’en expansion dans le Nord de la France et dans les zones mixtes de polyculture-élevage, reste un marché de niche qui représente 5 % des vaches de boucherie abattues en France. 
Cette race est dite tardive et son modèle génétique a développé essentiellement la croissance et la conformation. Les éleveurs constatent un allongement des durées de finition et des coûts. La filière, quant à elle se plaint d’une grande hétérogénéité dans la qualité des carcasses.

Un projet en deux axes 

C’est pour cette raison que Défiblonde vise à construire une démarche d’amélioration de l’efficience de la conduite en finition des vaches qui prenne en compte les facteurs économiques, environnementaux et qualité. 
Le projet s’appuie sur deux axes. Le premier concerne la prise en compte de la variabilité individuelle et du potentiel des femelles réformées à bien valoriser différents types de rations sur des durées de finition plus ou moins longues. Le second prend en compte les descriptions techniques d’itinéraires et de conduite alimentaire testées expérimentalement. 

Défiblonde comporte quatre actions complémentaires qui combinent du traitement de données, de l’expérimentation ainsi que de l’analyse technico-économique et environnementale. 
Parmi ces quatre actions misent en place, on retrouve la coconstruction d’un diagnostic national partagé. L’analyse des variabilités individuelles des vaches blondes d’Aquitaine en finition afin de faire émerger une proposition de démarche d’optimisation des pratiques de finition des vaches, notamment à travers l’allotement raisonné afin d’adapter les objectifs de niveau de finition. La troisième action est l’expérimentation de différents itinéraires de finition alternatifs en lien avec des objectifs de production selon le potentiel individuel. La dernière action sera l’évaluation et la diffusion participative des résultats. À savoir que se projet se déroule sur trois ans et en deux programmes. 

Des tendances se dégagent 

À mi-parcours, deux tendances se distinguent. La première concerne deux modes de conduites des troupeaux blonds, entre le bassin Sud-Ouest qui favorise le naissage et le bassin Ouest et Nord qui a une tradition plus ancrée de l’engraissement. La seconde concerne les marchés, en effet trois se distinguent : jeunes vaches de boucherie, moins de neuf ans et veilles vaches. 

Retrouvez l'étude complète ici : Défiblonde

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.