La référence technique au service des éleveurs

Recherche

Des algues pour la bonne santé des animaux

Et si les algues venaient soigner les élevages. Ici des algues vertes échouées sur une plage. Photo : DR

Dans le cadre d’un partenariat avec le groupe Olmix, des chercheurs de l’Inra ont montré qu’un composé extrait d’algues vertes inhibe in vitro la croissance de bactéries pathogènes et stimule la production de médiateurs de l’immunité par des cellules épithéliales intestinales.

Les algues marines sont, comme chacun le sait, des plantes aquatiques chlorophylliennes fixées sur les fonds marins. Leur paroi cellulaire, riche en polysaccharides sulfatés, possède des propriétés physico-chimiques et biologiques qui pourraient avoir des applications potentielles en agriculture.

Pour identifier des molécules bénéfiques, le groupe Olmix a préparé, à partir de l’algue verte marine Ulva armoricana récoltée en Bretagne, un extrait de polysaccharides sulfatés appelé MSP (Marine Sulfated Polysaccharides).

Prometteur sur différentes souches bactériennes

Dans le cadre d’un partenariat de recherches, un MSP a été étudié in vitro par l’unité mixte de recherche infectiologie et santé publique du centre Inra Val de Loire, pour tester sa capacité à inhiber la croissance des bactéries et stimuler la production de médiateurs de l’immunité. Le pouvoir inhibiteur de la croissance bactérienne du MSP a été observé sur un panel de 42 souches de bactéries pathogènes isolées d’animaux d’élevage ou de leur environnement.

De plus, le MSP induisait une augmentation de la production de cytokines, des médiateurs de la réponse immunitaire, dans un système in vitro de cellules épithéliales intestinales porcines différenciées, indiquant une potentielle action stimulatrice de l’immunité intestinale.

Une telle préparation pourrait être utilisée dans l'alimentation des animaux d’élevage pour améliorer leur robustesse face aux infections et ainsi réduire l’utilisation des antibiotiques dans les élevages. Elle pourrait également constituer un adjuvant potentiel dans des stratégies vaccinales. Ceci pourrait améliorer la robustesse des animaux face aux infections. Reste à confirmer les résultats obtenus in vitro par des tests in vivo.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.