La référence technique au service des éleveurs

Sainfoin

Des avantages zootechniques et gustatifs

Champ de sainfoin dans l'Aube. Photo : M. Lecourtier/Pixel image

Au cours du mois de juin dernier, la filière sainfoin organisait une journée « multifolia ré-invente le sainfoin ». Cette légumineuse rustique est adaptée aux conditions séchantes. Une plante appétente avec une bonne valeur nutritive. Et surtout une plante avec un argument santé non négligeable. C’est d’ailleurs sous ce dernier angle que la culture a été relancée en France par Multifolia pour lutter contre les nématodes gastro-intestinaux.
Hervé Hoste, chercheur à l’Inra de Toulouse sur les petits ruminants notamment, a pu mettre en évidence certains avantages de la plante contre ces parasites :

Suite à l’ingestion de sainfoin par les animaux, nous avons pu noter une baisse de l’ordre de 20 à 80 % du nombre d’œufs produits par les nématodes et émis dans les pâturages selon les situations. Nous avons également observé un moindre développement de ces œufs. À aussi été mis en avant une meilleure résilience des animaux qui ont consommé du sainfoin face à la pression parasitaire. Cette plante est un alicament efficace à condition qu’elle soit consommée pendant plusieurs jours et en amont de l’infestation par les parasites.

Aujourd’hui encore, il est difficile de définir précisément à quoi doit ressembler une cure de sainfoin car les études en cours n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Il semble toutefois que la concentration en tanins condensés de la plante soit l’un des critères importants à prendre en compte. Il est encore difficile d’identifier la concentration idéale, mais il semble qu’elle soit comprise entre 1,5 et 2 % de la matière sèche totale. Une fois ce chiffre atteint, la durée de la cure reste à déterminer. Mais plus elle est longue, plus elle a d’effets positifs sur la santé des animaux.

Améliorer la qualité des produits finis

Il n’y a pas que la santé de l’animal qui peut être amélioré par l’ingestion de sainfoin. La qualité des produits laitiers et carnés issus des animaux peut aussi bénéficier de l’effet de la plante. Des études menées par Agroscope, institut de recherches Suisse, ont permis de mettre en évidence une diminution de la proportion des acides gras saturés et une augmentation de celle des acide gras polyinsaturés dans la viande issue de lot d’animaux ayant consommés du sainfoin par rapport au lot témoin sans sainfoin. Marion Girard qui a mené les essais pour Agroscope expose les résultats :

La consommation de sainfoin par les animaux a permis une augmentation de 60 % d’acide α-linolénique dans la viande, une augmentation de 120 % de l’acide clupanodonique (DPA), un acide gras polyinsaturé oméga-3, et l’accroissement de 20 % de l’acide docosahexaénoïque (DHA), un acide gras polyinsaturé oméga-3 de formule C22H32O2. Chez le mouton, la consommation de sainfoin permet de réduire de 50 % le scatole et l’odeur de mouton est moins prononcée dans la viande.

Concernant les produits laitiers, les résultats semblent moins clairs tout en laissant encore une certaines avance aux produits issus de lots avec sainfoin. Ainsi, l’acide α-linolénique est 17 % plus élevé que dans le lot témoin et le DPA en augmentation de 8 %. Marion Girard précise :

Pour les fromages issus des lots sainfoin, nous avons pu remarquer une moindre adhésion au palais des goûteurs et une croûte moins épaisse.

Des résultats plutôt de bon augure alors que la filière sainfoin est en pleine construction et en recherche de références.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.