La référence technique au service des éleveurs

Prix national de la dynamique agricole

Des éleveurs de porc sur le devant de la scène

Les lauréats de la 26e édition du prix national de la dynamique agricole et de la pêche 2018

Ce mercredi 17 janvier, neuf agriculteurs ont été récompensés lors de la 26e édition du Prix national de la dynamique agricole et de la pêche.
Parmi eux, trois éleveurs : Ophélie Chartier, la famille Trehet et Francis Lebon.

Ophélie Chartier, éleveuse de 165 truies en multiplication

Ophélie Chartier, lauréate dans la catégorie création d’entreprise, est une jeune éleveuse de porcs. Elle s’installe en 2012, en Mayenne, hors cadre familial. Sur ses 38 hectares, elle élève 165 truies en multiplication et réalise un engraissement partiel.
Le manque de place l’oblige pour l’instant à garder uniquement les femelles destinées à la reproduction. Les autres porcs partent pour l’engraissement chez un prestataire dès qu’ils atteignent 25 kg. Aujourd’hui, son objectif est de s’agrandir pour mener l’engraissement de ses animaux jusqu’à son terme.

Ophélie Chartier à droite, lauréate dans la catégorie "création d'entreprise"
Ophélie Chartier, à droite, lauréate dans la catégorie "création d'entreprise" ©Stevens Frémont

Le Gaec du bout du Caule joue collectif

Un peu plus au nord, en Seine-Maritime, le Gaec du bout du Caule s’est vu remettre un prix dans la catégorie performance technique. Sur leurs 310 hectares, Sylvie Avril, Bruno Trehet et Marc Trehet produisent du lait, des cultures de vente et du porc.
Le maître mot de ces trois associés ? Le collectif ! "Il faut savoir créer des liens avec ses voisins et avec la cuma. Ensuite, on peut investir dans du matériel en commun et réduire nos coûts", déclare Marc Trehet.
Ils investissent en commun, mais également sur leur exploitation pour gagner en productivité. Ces investissements les ont amené dans une performance technique que le jury a voulu souligner. Dans un premier temps, ils ont fait l’acquisition d’un robot de traite, d’un circuit de distribution automatique d’aliments pour les porcs, d’une centrale qui produit 800 tonnes de mélange de céréales pour les bovins. Puis en 2012, d’une unité de stockage et de séchage solaire pour les céréales et les oléagineux.

Francis Lebon, de l’élevage à la vente de porcs

Toujours dans la catégorie performance technique, le jury a récompensé Francis Lebon. Cet éleveur de porcs fait également des céréales, le tout sur une surface de 220 hectares.
 "Je me suis installé tout d’abord sur l’élevage de porcs et ensuite j’ai repris la ferme céréalière de mes parents. Dans les années 1990, j’ai développé la vente directe avec les professionnels de la viande. En 2010, un de mes clients boucher cesse son activité. Je décide alors de reprendre cette entreprise de découpe et de préparation de viande, ainsi que ses deux boucheries. »

Désormais, la chaîne est complète : les champs nourrissent les porcs et les porcs nourrissent les champs. Ensuite la filière se déroule : engraissement, abattage, découpe et ventes. Aujourd’hui, les "viandes Lebon" commercialisent du cochon, du bœuf, du veau, de la volaille et de l’agneau. L’ensemble de son activité dégage un chiffre d’affaires annuel consolidé de 5,4 millions d’euros.

De gauche à droite, Francis Lebon, Marc Trehet, Sylvie Avril et Bruno Trehet, récompensés dans la catégorie "performance technique" ©Stevens Frémont
De gauche à droite, Francis Lebon, Marc Trehet, Sylvie Avril et Bruno Trehet, récompensés dans la catégorie "performance technique" ©Stevens Frémont

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.