La référence technique au service des éleveurs

Équipement

Des veaux plus épanouis et en meilleure forme physique

Publié le 27/10/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER
Des veaux plus épanouis et en meilleure forme physique. ©M.Lecourtier/Média et Agriculture

Habitué aux niches individuelles, mais confronté à un manque de place, le Gaec Jusnot a investi dans deux niches collectives. Hubert et Gauthier Jusnot, les deux associés, sont aujourd’hui ravis de leur choix, notamment du point de vue zootechnique. 
 
Le Gaec Jusnot, situé à Saint-Marcel dans les Ardennes, compte aujourd’hui quinze niches individuelles et deux niches collectives pouvant accueillir jusqu’à dix veaux chacune. Cela fait maintenant deux années que le Gaec utilise ces logements collectifs pour ses jeunes veaux, et avec l’augmentation du troupeau laitier, les associés sont tentés d’en ajouter deux de plus. Preuve que la solution les a pleinement convaincus. 

Les niches à base de fibres privilégiées

Depuis toujours, le Gaec utilise des niches à veau individuelles pour les nouveau-nés. Il en comptait notamment une dizaine conçues de sorte que les veaux restent continuellement sous la niche sans le moindre accès à l’extérieur.

Gauthier Jusnot avoue aujourd’hui que « ces dernières peuvent poser quelques soucis lors des fortes chaleurs, que nous connaissons de plus en plus régulièrement. Il est donc important de veiller à la matière qui compose les niches. Nous privilégions désormais celles à base de fibres ». 

Une fois les veaux « démarrés », ils passent ensuite en case collective dans la nurserie sous bâtiment. La place venant à manquer, le Gaec a dû investir dans deux niches collectives en 2018. « Les deux niches, la maçonnerie et les tubulaires nous ont coûté au total 5 600 euros », se souvient Hubert Jusnot. Si les individuelles sont posées à même le sol, les niches collectives le sont sur une dalle de béton arborant une pente de 1% pour l’évacuation des jus. Les tubulaires, quant à eux, étaient déjà presque tous présents sur l’exploitation. « Nous avons donc fait le choix de créer nous-mêmes les parcs extérieurs, note Gauthier Jusnot. Les fabricants de niches collectives proposent des kits complets, mais nous avons préféré procéder à notre manière.
Ainsi, nous avons placé les cornadis sur le côté de telle sorte que ceux des deux niches soient face à face afin de faciliter la distribution du lait pour les deux niches. Aussi avons-nous créé un espace extérieur plus spacieux qui nous permet le passage d’un tracteur pour nettoyer le fumier sous la niche. » Car l’emplacement des niches et les niches elles-mêmes sont nettoyés et désinfectés entre chaque lot de veaux. Les logements sont donc soulevés et déplacés tous les mois et demi en moyenne. Il était donc essentiel que l’ensemble soit le plus modulaire possible.

Retrouvez l'article en intégralité dans Cultivar Élevage d'octobre n°729 : 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site