La référence technique au service des éleveurs

PAC 2020

Doter la Pac d’outils de régulation modernes

La Commission européenne a ainsi ouvert une consultation publique pour la Pac 2020-2026. Photo : VanderWolf Images

La Commission européenne commence à préparer la prochaine réforme de la Pac (Politique agricole commune) pour la période 2020-2026. Elle a ainsi ouvert, le 2 février,  une consultation publique, nommée « Moderniser et simplifier la politique agricole commune ». Le think-tank Momagri publie une analyse des mesures d’aide à la réduction de la production laitière activées en 2016 pour faire face à la crise de surproduction.

L’année 2016 a été marquée par une innovation importante au sein de la Politique agricole commune. Pour faire face à la crise laitière et à l’accumulation de stocks publics, la Commission a utilisé les prérogatives offertes par la dernière réforme pour mettre en place une aide à la réduction de la production. Doté d’un budget de 150 millions, cette mesure a contribué à réduire la production sur le dernier trimestre 2016 et les effets sur les prix sont déjà observables.

Très fort engagement des producteurs belges

Les éleveurs laitiers européens ont eu la possibilité de réduire leur production contre une aide minimum de 14 centimes d’euros par litre de lait non produit. La France a choisi de porter à 24 centimes le montant de l’aide au litre de lait non produit dans la limite de 5% de la production.

Pour analyser l’impact de cet outil de régulation, Momagri a construit un indicateur de participation au programme basé sur la synthèse de deux variables : la part de la production engagée à réduction et la part d’éleveurs engagés dans chaque État membre.

La Belgique arrive première sur l’indicateur de synthèse, révélant ainsi le très fort engagement des producteurs belges qui sont près de un sur deux (45,5%) à avoir adopté la mesure pour une réduction de la production de 3,3%. L’Irlande et le Portugal complète le podium. Se classent après la France (32,3% des producteurs et 2,9% de volumes engagés) et l’Allemagne (18,4% des producteurs mais davantage de volumes engagés 3,6%).

La remontée des prix observée actuellement s’explique en partie par la mesure de réduction de la production laitière qui aura couté 150 millions d’euros. " Un montant au final bien modeste pour remettre sur les rails une filière laitière européenne qui représente 97 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel (source Eurostat) ", souligne l'étude.

Une référence pour la prochaine Pac

Pour Momagri, pas de doute, ce type de processus de régulation est la clé :

Alors que le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a annoncé le 6 décembre dernier que la réforme de la PAC pour l’après 2020, serait placée sous les mots «simplification» et «modernisation», nul doute que, même s’il est loin d’être parfait, ce nouveau type de programmes volontaire, incitatif, largement dématérialisé dans son administration pourra constituer une référence pour enfin doter la Pacd’outils de régulation modernes.

Ainsi, selon Momagri la consultation publique sur la Pac 2020 devra tirer les enseignements de la crise agricole et du succès de la mesure de réduction de la production laitière : « Réguler les marchés coûte moins cher que gérer les conséquences des crises ! »

Lire aussi:
Une autre Pac pour gérer les variations de prix

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.