La référence technique au service des éleveurs

Coop de France Métiers du lait

« La défense de la juste rémunération au producteur est notre premier combat »

La défense de la juste rémunération au producteur est le premier combat de Coop de France Métiers du lait. CP : DR

Dans un contexte agricole en pleine mutation, Coop de France Métiers du lait s’inscrit dans une dynamique d’ouverture et d’accompagnement auprès des coopératives laitières pour mener à bien les changements qui doivent s’opérer tout en saisissant l’opportunité de créer de la valeur. 
Le rapport de la commission d’enquête sur les pratiques de la grande distribution présenté par Grégory Besson-Moreau confirme le réel déséquilibre des relations commerciales, et approuve la nécessité de réduire ces dysfonctionnements. 

« Coop de France Métiers du lait a toujours été fortement mobilisée dans les débats autour des EGA et restera pleinement engagée pour permettre une meilleure valorisation du lait dans les négociations à venir, et pour défendre une juste rémunération au producteur, enjeu de premier plan pour l’attractivité des métiers ainsi que pour le renouvellement des générations. »

Concernant la création de valeur, la segmentation est l'un des leviers les plus importants. Elle représente 30 % du volume total transformé en France par les coopératives laitières, soit environ trois milliards de litres sur 10,25 milliards de litres répartis ainsi : montagne 3 %, AOP/IGP 10 %, bio 4 %, et autres mentions : lait de pâturage, sans OGM... 11 %. Ces transitions réussies permettent une meilleure rémunération du producteur. En 2018, le prix moyen payé aux associés coopérateurs était de 334 €/1000 l, dont 3 € /1000 litres correspondant au montant total des ristournes. Le montant total de la rémunération des parts sociales versées est de 10 millions d'euros. Ce montant s’ajoute au prix moyen. Le prix payé du lait de vache bio est de 478 €/1000 l (TQC TPC), et celui du lait de vache AOP/IGP est de 422 €/1000 l (TQC TPC)1

 « La défense de la juste rémunération au producteur est notre premier combat, et notre participation active aux EGA nous a permis d’obtenir des avancées. Nous avons obtenu l’entrée du quatrième collège dans notre plan de filière. Par ailleurs, l’accompagnement des agriculteurs coopérateurs dans les transitions qui doivent s’opérer aujourd’hui permet aussi la création de valeur », explique Damien Lacombe, président de Coop de France Métiers du lait.

Accompagner l'installation des jeunes

Un autre point, tout aussi important que la segmentation, a été soulevé : le renouvellement des générations. Les coopératives laitières se disent fortement mobilisées pour l’accompagnement à l’installation des jeunes : l’attribution de volumes supplémentaires et les aides financières restent les dispositifs les plus pratiqués par les coopératives, mais l’animation d’une instance dédiée aux jeunes est aussi de plus en plus courante. En 2018, l’installation des jeunes a représenté 60 % des installations dans la filière (662 jeunes sur 715 nouveaux adhérents). 
Autre défi, celui de l’environnement, vital pour laisser aux générations futures un avenir meilleur. Si le développement durable a toujours été au cœur des préoccupations de la filière, Coop de France Métiers du lait a toujours exprimé ses engagements et contribue pleinement à la démarche du plan de filière « France, terre de lait ». 

« Nous avons pour nous l’incroyable puissance de frappe permise par notre filière. Montrons aux citoyens-consommateurs français, mais aussi partout dans le monde, que notre modèle d’exploitation familiale ancré dans les territoires est totalement compatible avec les enjeux climatiques », poursuit Damien Lacombe.

Se rapprocher du consommateur 

Pour faire rayonner ce modèle d’exploitation familiale, Coop de France Métiers du lait a lancé depuis le 1er octobre un nouveau site Internet. Une page Facebook et un compte Twitter ont été ouverts dans la foulée, le 15 octobre. Ce dispositif sera complété par un compte Instagram, qui a pour optique de créer du lien, de relayer l’actualité des coopératives laitières, de montrer les bonnes pratiques, de partager les expériences, de valoriser les pratiques locales et de gagner en proximité avec le consommateur. 

« Nous sommes résolument tournés vers l’avenir, et une vraie dynamique de changement est engagée. Depuis quelques mois, nous avons également donné un coup d’accélération au dossier de la gouvernance en définissant une méthodologie d’accompagnement de notre réseau. Nous déploierons prochainement un outil digital d’autoévaluation auprès de notre réseau », conclut Damien Lacombe. 

(1) Source : baromètre économique des coopératives laitières.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.