La référence technique au service des éleveurs

Maladies

La dermatite : mieux vaut prévenir que guérir

Publié le 02/09/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER
Il faut retenir les cinq points importants pour lutter contre la dermatite : l’hygiène du logement, le lavage des pieds, le parage, la détection rapide et les soins adaptés et une désinfection collective. CP : I.Aubert/Pixel6TM

Dans le cadre de la Semaine de la performance organisée par Eilyps, Sarah Neumann-Raoux, vétérinaire conseil Eilyps est intervenue sur le thème de la dermatite digitée, rappelant que c'est "la lésion la plus détectée par les pédicures". En effet, sur 17 717 lésions recensées par MSB de septembre 2019 à août 2020, les lésions de mortellaro représentent 35 % des problèmes de pieds. 
 
Cette maladie contagieuse due à des bactéries se développe uniquement sur une zone fragilisée.

« L'une des particularités de la maladie est que les bactéries, appelées tréponèmes, peuvent s’enkyster dans la peau, ce qui, par la suite peut entraîner un maintien de la maladie dans tout le troupeau », explique la vétérinaire. 

Cinq stades d'évolution
Les lésions de la maladie sont situées en couronne à l’avant et à l’arrière du pied, entre les onglons ou sur les limaces.

« Il existe différents stades de notation avec cinq stades d’évolution, détaille Morgan Longe pédicure chez MSB. Moins le stade est avancé et plus il sera facile et rapide de traiter la lésion. »

Les zones humides, des zones à risque 

Pour rappel, cette maladie s’introduit dans les élevages principalement lors d’achats et de prêts d’animaux mais aussi lors des participations à des concours si d’autres animaux présentent des lésions actives. La transmission entre les animaux de l’élevage se fait alors dans le bâtiment, et plus particulièrement dans les zones humides. 

Plus de dermatites en système logettes

Le système de logement influence aussi les lésions de dermatite. En effet, une étude montre qu’en logettes système lisier, la maladie est fréquente à plus de 35 %. À l’inverse, en logettes système fumier, elle l’est à moins de 25 % et en aire paillée à moins de 20 %.
 

Guérir et prévenir

Afin de limiter le phénomène, deux stratégies sont à combiner. Tout d’abord, guérir au plus vite les vaches atteintes avec une détection précoce et des soins adaptés. Il faut également prévenir les nouvelles infections en maintenant les pattes propres. 
 
Pour guérir les vaches atteintes, deux traitements sont possibles : l’individuel et le collectif. Dans tous les cas, le traitement collectif ne dispense pas de celui individuel. 

« D’après une étude, le taux de guérison après la mise en place d’un traitement collectif durant un mois, pédiluve ou pulvérisation, est de 20 à 40 %, précise Sarah Neumann-Raoux. Dans le cas d’un traitement individuel, le taux de guérison se situe entre 60 et 90 % un mois après son début. »
 

Pédiluve et pulvérisation

Pour prévenir la maladie, un traitement collectif peut être mis en place avec un pédiluve ou de la pulvérisation. Dans les deux cas, un traitement pendant quatre traites de suite tous les jours ou deux jours pour les robots est une fréquence suffisante. Il faut notamment faire attention à utiliser une bonne dilution et à avoir un retour sur un sol propre et sec pendant trente minutes après le traitement. 

Le lavage, une autre solution

En plus de ces traitements préventifs, le lavage peut être une solution.

« Le lavage préalable est indispensable aux traitements collectifs puisque la présence de matières organiques sur les lésions peut rendre inefficaces les désinfections », reconnaît Sarah Neumann-Raoux.

Une amélioration de la propreté des pieds permet d’avoir 2,4 fois moins de risques de contamination et augmente les chances de guérison de 1,4 %.

Garder ses sols propres 

Autres points importants afin de prévenir la maladie: la propreté des sols et le parage fonctionnel. 

« La dermatite est une maladie qui n’a pas de traitement unique mais qui peut être évitée grâce à une attaque sur tous les fronts », résume la vétérinaire. 

 
En effet, il faut retenir les cinq points importants : l’hygiène du logement, le lavage des pieds, le parage, la détection rapide et les soins adaptés et une désinfection collective. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site