La référence technique au service des éleveurs

Conjoncture

La filière laitière se redresse

La filière laitière se redresse après une période de fortes turbulences. CP : S.Fraisse

Comme tous les autres secteurs économiques, la filière laitière a subi un premier semestre 2020 tourmenté. La structuration de ses débouchés a en effet été profondément modifiée pendant la période de confinement. La fermeture de certains commerces et lieux de service s’est traduite par une forte diminution des ventes de produits laitiers à destination de la restauration hors foyers, des marchés, mais aussi de celles des rayons à la coupe des grandes surfaces. 

Baisse des ventes des fromages AOP

En revanche, les produits de première nécessité vendus en libre-service dans la grande distribution ont connu une demande en croissance soutenue. Une scission très nette dans l’évolution des ventes s’est ainsi opérée entre les différentes familles de produits laitiers. Parmi les références gagnantes, sur la période de confinement, figurent le beurre en plaquette, la crème en petit conditionnement, les yaourts, le lait liquide et les fromages utilisés en cuisine. En revanche, la demande globale a sensiblement baissé pour les fromages AOP, pour la mozzarella et pour les produits en grand format destinés à la restauration hors foyers. 

Un pic de production bien lissé

Au cours des quatre derniers mois, les évolutions de prix des produits laitiers industriels ont connu deux phases distinctes. Tout d’abord, une baisse assez nette entre février et avril faisant craindre un possible recourt à l’intervention, puis l’amorce d’une remontée à partir du mois de mai. 
Ce retournement de tendance est à mettre en liaison avec l’apparition de facteurs étayant une relative maîtrise de l’offre et une demande plutôt résiliente. Au niveau de l’offre, le pic de production en France a été bien lissé, comme le recommandait l’interprofession, alors que la collecte affichait une croissance de 2,4 % sur le premier trimestre 2020. Elle a ensuite baissé de 0,7 % sur le mois d’avril, et ce recul s'est poursuivi sur les mois de mai et de juin. 

Baisse des exportations de produits laitiers

Au niveau de la demande, le commerce mondial s’est ralenti sur les premiers mois de 2020 mais ne s’est pas effondré pour autant. Les évolutions des exportations françaises de produits laitiers l'attestent, avec une baisse relativement contenue aussi bien pour le beurre, pour les fromages que pour la poudre de lait. 
 
La filière laitière se redresse après une période de fortes turbulences. Les perspectives à court terme apparaissent moins sombres qu’elles ne l’étaient au mois de mars, en amont du pic de collecte. Pour autant, les perspectives sur le second semestre 2020 restent difficiles à cerner. La crise économique n’a pas encore exprimé sa pleine mesure. L’évolution du comportement des consommateurs dans les mois à venir reste incertaine, que ce soit en France ou dans le reste du monde.

Benoît Royer, directeur des affaires économiques du Cniel, fait le point sur la conjoncture laitière du mois de juin :


 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site