La référence technique au service des éleveurs

Filière laitière

La FNPL appelle au paiement d’un juste prix du lait

« En solidarité aux producteurs, les industriels et les distributeurs doivent renvoyer l’ascenseur par le paiement d’un juste prix du lait, et ce dès le mois de mai », explique la FNPL. CP : C.Helsly/Cniel

La FNPL appelle les industriels et les distributeurs à respecter la loi EGalim sur le paiement du prix du lait. «  L'état d'urgence sanitaire n'est pas la fin de l'État de droit et des EGA. »

Avec la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, la filière laitière a dû faire face à l’urgence et continuer à nourrir la population. Les producteurs de lait ont agi immédiatement dans un esprit de responsabilité et de solidarité avec les transformateurs, dont les outils de production étaient menacés de saturation du fait des nouveaux besoins des consommateurs durant le confinement. En limitant leur production, ils ont évité que le pic de production du mois d’avril ne vienne ajouter une crise à la crise.

La FNPL, dans la défense des producteurs, a été en première ligne au sein du Cniel pour mettre en place un dispositif de 10 M€ de compensation pour le lait non produit, afin de répondre collectivement aux défis de la filière et d'éviter parallèlement la rupture de la collecte de producteurs dans certaines régions sous tension.

Un prix juste dès le mois de mai

La crise impacte en particulier les filières AOP/IGP et de tradition, dont les débouchés ont été largement perturbés. La validation par l’Europe d’un dispositif d’aide au stockage privé des fromages porté par la FNPL aux côtés du Cniel devrait permettre de les soulager. Cependant, la réalité économique démontre une forte croissance de la consommation en GMS compensant largement les débouchés des produits laitiers destinés à la RHF ou de ceux des marchés de plein vent. Quant à l’export, au-delà de difficultés ponctuelles ici ou là liées à la situation internationale de la crise sanitaire, nous constatons une meilleure valorisation des produits laitiers français et la possibilité d’échanges commerciaux depuis le début de l’année 2020.

 « La loi EGalim est toujours en vigueur et les indicateurs de prix de revient restent les mêmes pour des volumes destinés à 60 % au marché intérieur. Les producteurs ont fait leur travail en permettant aux transformateurs de continuer leur activité à plein régime et aux distributeurs de vendre plus que jamais des produits laitiers. Il revient maintenant d’appliquer la loi sur le paiement du prix du lait, et ce dès le mois de mai », lance la FNPL dans un communiqué.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site