La référence technique au service des éleveurs

Prix national de l’agrobiodiversité animale 2018

La froment du Léon et la bordelaise récompensées

La vache froment du Léon et son éleveur, Stéphane Terlet.

Dans le cadre du Salon international de l’agriculture, Ceva Santé Animale et la Fondation du patrimoine ont décerné le "Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale 2018" à trois éleveurs engagés pour la préservation de races d’animaux d’élevage en voie d’extinction : le 1er prix de 10 000 € pour la vache froment du Léon (Maëve et Stéphane Terlet, Côtes-d’Armor), le 2e prix de 6 000 € pour la vache bordelaise (Christophe Guénon, Gironde) et le 3e prix de 4 000 € pour l’âne des Pyrénées (Gers).

Créé en 2012 par la Fondation du patrimoine et Ceva Santé Animale et placé sous le haut patronage du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le "Prix National de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale" met en lumière les races agricoles françaises à faibles effectifs, représentatives d’un patrimoine génétique unique : bovins, caprins, équidés, ovins, porcs, chiens de travail, volailles et autres animaux de basse-cour. Trois éléments majeurs sont évalués par le jury : la dimension économique du projet, son impact social et environnemental sur le territoire, ainsi que les actions de sensibilisation et de communication autour des races à préserver.

Depuis sa création, ce prix a permis de valoriser plus de 170 initiatives régionales françaises et de distinguer 16 éleveurs.


La vache bordelaise compte aujourd’hui moins de 200 têtes. Photo : Ceva

Aujourd’hui en France, plus de 80% des races agricoles régionales sont considérées comme menacées d’abandon. Or, selon un sondage réalisé par Ceva Santé Animale et la Fondation du patrimoine, seuls 20 % des Français interrogés ont conscience de la menace qui plane sur les élevages traditionnels. 35 % ignorent ou estiment que les races locales agricoles ne sont pas en danger (45 % pensent que seules quelques espèces sont menacées).

Lire aussi:

- Un prix et une dotation de 20 000 euros pour soutenir l'agrobiodiversité animale

- 10 000 euros pour les vaches béarnaises

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.