La référence technique au service des éleveurs

Réchauffement climatique

La méthode Carbon Agri bientôt validée

La méthode Carbon Agri devrait inciter les éleveurs à faire diminuer les émissions de carbone. ©dr

France Terre de Lait annonce que la méthode Carbon Agri mis au point dans le cadre de son plan filière va être validé par l’État. Cette méthode a pour objectif de contribuer au financement de la réduction de l’empreinte carbone des élevages engagés.

La filière laitière s’est fixée comme objectif de réduire de 20 % ses émissions de carbone entre 2015 et 2025 et d’engager 100 % des fermes laitières dans la démarche Ferme Laitière Bas Carbone, d’ici dix ans. À ce jour, près de 10 000 fermes laitières françaises ont réalisé un diagnostic carbone.

Développée par l’Institut de l’élevage et l’I4CE (Institute for Climate Economics), et portée par la Confédération de l’élevage (CNE), les interprofessions de la viande (Interbev) et du lait (Cniel), Carbon Agri est conforme au label « Bas carbone » créé en novembre 2018 par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

 Le label Bas Carbone représente une double opportunité pour la filière laitière. Il va nous permettre de faire reconnaître les réductions de CO2 effectivement réalisées par les éleveurs laitiers, avec des leviers d’action individuels efficaces, au service d’un enjeu collectif de diminution des émissions de carbone. Ainsi, les réductions d’émissions seront valorisées au sens monétaire du terme, ce qui permettra d’encourager ces pratiques et de les amplifier. Le carbone a de la valeur et le prix de la tonne est appelé à augmenter, explique Thierry Geslain, directeur du développement durable au Cniel.

Actuellement, la tonne de carbone vaut 45 euros sur le marché européen.

Evaluer l'empreinte carbone

Pour obtenir des crédits carbone, les éleveurs devront réaliser un « diagnostic carbone » qui évaluera leur empreinte carbone actuelle et identifiera les actions à mettre en œuvre pour la réduire. Après un délai de cinq ans, un nouveau diagnostic sera réalisé pour mesurer les économies de carbone réalisées sur l’élevage ainsi que les co-bénéfices obtenus au-delà de la ferme : l’aménagement des territoires, l’entretien des prairies, le maintien de la biodiversité…

Le communiqué précise que sur une ferme laitière représentative, une réduction des émissions de carbone d’environ 10 %, reviendra à une économie de 50 tonnes de CO2 par an. Les recettes des ventes des crédits carbones reviendront aux éleveurs. De nombreuses entreprises, collectivités, ou organisations sont intéressées par l’achat de ces crédits carbone qui vont d’une part financer des projets pour lutter contre le changement climatique et d’autre part compenser leurs propres émissions de carbone.
 

La « Ferme Laitière Bas Carbone » en chiffres : 
En moyenne la « Ferme Laitière Bas Carbone » c'est :
-1,02 kg équivalent CO2 émis par litre de lait (émission brute de carbone)
-0,11 kg équivalent CO2 par litre de lait, stockés dans le sol
-103 hectares de biodiversité entretenus
-3,3 emplois créés (directs et indirects)
-Plus de 2 000 personnes nourries

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site