La référence technique au service des éleveurs

Communication

La nutrition animale dénonce les attaques anti-élevage

Le 28 août, les entreprises de la nutrition animale se sont réunies à Paris afin de prendre la parole face aux attaques anti-élevage. © DR

Les attaques envers l’élevage français ne cessent de se faire plus fréquentes, plus violentes. Elles fragilisent tout un volet de l’économie française et l’ambition de « Produire en France ». Leurs conséquences sociales et environnementales sont par ailleurs trop souvent occultées. 
Mercredi 28 août, différentes entreprises de la nutrition animale se sont regroupées à Paris afin de prendre la parole face à ce constat.

« Nous ne pouvons plus rester silencieux face à la régularité et à la violence des attaques dont les filières animales sont la cible », déclare François Cholat, président du SNIA, Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale. C’est l’avenir des éleveurs et de tous les métiers associés qui est en jeu. Face au sensationnalisme et au sentimentalisme de nos détracteurs, nous opposons un discours rationnel et pédagogique ».

Les acteurs de la filière ont pointé du doigt les campagnes de communication menées par certaines organisations qui mettent à mal des activités pourtant indispensables pour nos territoires, tant sur les plans économiques que sociaux ou environnementaux. 

« Les filières d’élevage représentent 880 000 emplois en France, qui participent activement au dynamisme de nombreuses régions, explique François Cholat. Le discrédit jeté sur l’élevage donne le champ libre aux importations et met en danger notre souveraineté alimentaire et la qualité sanitaire de notre alimentation ».

Les pratiques d’élevage évoluent dans notre pays et les entreprises de la nutrition animale se mobilisent aux côtés des éleveurs pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui.

« Nous travaillons sans cesse à améliorer l’impact environnemental de nos activités, insiste François Cholat.  Les activités d’élevage offrent déjà de belles externalités positives : entretien des paysages, maintien de la biodiversité, stockage du carbone… Ces aspects positifs restent méconnus du grand public ! » 

Désormais, les entreprises de nutrition animale sont sur tous les fronts pour répondre à la diversité des attentes des éleveurs, des consommateurs et de la société. Ainsi, elles se sont mobilisées au sein de Duralim notamment sur la durabilité des matières premières dont les approvisionnements en soja, avec un objectif « zéro déforestation » à l’horizon 2025. Le président du SNIA l’affirme : « La question des conditions de production du soja au Brésil est importante pour nous et pour nos clients, notre participation à Duralim le démontre ».

Les intervenants sont enfin revenus sur les enjeux de traçabilité et de sécurité sanitaire qu’ils estiment maîtrisés depuis de nombreuses années comme l’illustre la création d’Oqualim en 2008. Une association spécifique et issue de la profession qui œuvre pour la sécurité et la qualité des aliments pour animaux d’élevage. 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.