La référence technique au service des éleveurs

Premier semestre 2016

La production de bovins prévue en baisse de 1,4%

La hausse de production de gros bovins en France au premier semestre 2016 découlera notamment d'une progression des abattages de vaches. © Unclesam/Fotolia

Au premier semestre 2016, avec près de 2,9 millions de têtes, la production totale de bovins en France est attendue en retrait de 1,4% par rapport à 2015 à la même période, indique le ministère de l’Agriculture dans une publication Agreste.
 
Les prévisions de production de gros bovins tablent sur une augmentation de 1,2% au premier semestre 2016, grâce notamment au nombre de vaches abattues qui devrait atteindre 893000 têtes, en hausse de 4,7% par rapport au premier semestre 2015 (+40000 têtes).

En revanche, les abattages de génisses (325000 têtes) et de gros bovins mâles (878000) au premier semestre 2016 reculeraient légèrement sur un an, respectivement de 0,3% et 1,6%.

Les abattages de veaux de boucherie et de broutards (795000 têtes) connaîtraient quant à eux un fort repli (-7,5%) sur le premier semestre 2016 après la nette progression de ces deux dernières années.

Une production en hausse en 2015

Sur l’année 2015, la production totale de bovins a atteint plus de 5,9 millions de têtes, en hausse de 2,3% par rapport à 2014. La production de vaches a augmenté de plus de 2,9%, conséquence de la hausse des abattages de vaches laitières. La baisse du prix du lait de vache a conduit les éleveurs à réduire les effectifs de vaches laitières, sans pour autant risquer de pénaliser le devenir du cheptel laitier de souche, car les effectifs de génisses laitières sont en hausse.
En revanche, les abattages de vaches allaitantes sont restés stables par rapport à 2014.

La production de gros bovins mâles s’est inscrite en légère augmentation (+1,5%) sur l'année 2015, conséquence d’une stabilité des abattages et d’une augmentation de la demande extérieure en jeunes bovins mâles finis.
Avec 1,73 million de têtes, la production de bovins de moins d’un an (broutards et veaux de boucherie) a progressé de 2,4%.

Lire aussi :
Viande bovine: le rebond de production se confirme
Quelle production française de viande bovine à l’horizon 2020 ?
La filière bovin viande réagit au revenu en berne

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.