La référence technique au service des éleveurs

Covid-19

Le covid-19 ne peut pas être transmis par les animaux d’élevage !

Publié le 25/03/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Covid-19 : pas de transmission par les animaux d’élevage. CP : Stefan/AdobeStock

Face aux diverses questions que soulève la crise sanitaire du Covid-19, l’Anses a réuni un groupe d’experts spécialisés pour répondre à la question de la transmission du virus par les animaux. 
Les connaissances acquises sur le coronavirus Sars CoV-2, responsable de la maladie Covid-19, montrent que la voie principale de transmission du virus est interhumaine, par contact entre les personnes ou à travers l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises par les patients lors d’éternuements ou de toux.

Le passage du virus de l'homme vers l'animal est peu probable

Néanmoins, comme la structure génétique du virus indique une source originelle animale probable, l’Anses a été interrogée et a donc entrepris une expertise collective d’urgence sur le rôle potentiel des animaux domestiques et des aliments dans la transmission du coronavirus. 

 « Par sa structure génétique, le virus Sars-CoV-2 semble effectivement avoir pour source initiale un animal. Il provient probablement d'une espèce de chauve-souris avec ou sans intervention d’un hôte intermédiaire. Cependant, dans le contexte actuel et au vu des informations disponibles publiées, le passage du Sars-CoV-2 de l’être humain vers une autre espèce animale semble actuellement peu probable. La contamination d’un animal étant peu probable, la possibilité de transmission directe du virus par un aliment issu d’un animal contaminé a même été exclue par les experts », indique l'étude.

Le virus est sensible à la chaleur

L’Anses révèle que dans l’état actuel des connaissances, le groupe d’experts conclut que la transmission du virus par voie digestive directe est écartée. Toutefois, la possibilité d’infection des voies respiratoires lors de la mastication ne peut être exclue. 

« Ce virus est sensible aux températures de cuisson. Ainsi, un traitement thermique à 63 °C pendant quatre minutes, température utilisée en liaison chaude en restauration collective, divise par 10 000 la contamination d’un produit alimentaire », rappelle toutefois l'agence.

Enfin, l’Anses indique qu’une personne infectée peut contaminer les aliments en les préparant, en les manipulant avec des mains souillées ou en les exposant à des gouttelettes infectieuses lors de toux et d’éternuements. Dans tous les cas, appliquées correctement, les bonnes pratiques d’hygiène sont une manière efficace de prévenir la contamination des denrées alimentaires par le virus. 
 
Pour en savoir plus, cliquez ici !

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site