La référence technique au service des éleveurs

D’aucy-Triskalia

Le nouveau groupe coopératif s’appellera Eureden

Publié le 31/01/2019 par Danielle Bodiou dans
Georges Galardon président de Triskalia et Alain Perrin, directeur général de d’aucy, ont présenté le 31 janvier le nom du nouveau groupe coopératif et l’identité visuelle qui lui sera associée.

Les responsables des groupes d’Aucy et Triskalia ont dévoilé le 31 janvier le nom du nouveau groupe coopératif issu de leur rapprochement : Eureden. Ce rapprochement reste soumis à l’accord de l’Autorité de la concurrence qui devrait être rendu au cours du premier semestre. L’union des deux entités sera effective le 1er juillet 2019, étape avant la fusion le 31 décembre 2020 au plus tard.
Au-delà du nom, les dirigeants des deux groupes ont présenté l’identité visuelle qui lui sera associée. « Cette nouvelle identité affiche trois dimensions : la Bretagne, à travers un nom à consonance bretonne (NDLR : En breton, Den signifie Les Hommes, Eured : mariage) ainsi qu"un code graphique et coloriel du logo qui fait explicitement référence à la région, la coopération agricole à travers la signature "La Terre nous réunit" ainsi que notre ambition de développement international, incarnée par la dynamique du logo », a détaillé Alain Perrin, directeur général de d’aucy.

« L’annonce de ce jour est une étape importante qui nous permet de nous projeter davantage dans l’avenir, a déclaré Georges Galardon président de Triskalia. Après le feu vert de l’autorité de la concurrence, l’union de nos coopératives sera le fer de lance du développement agricole et agroalimentaire breton. »
 
Un objectif de 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2025
 
Le nouveau groupe coopératif breton, qui représentera plus de 20 000 agriculteurs adhérents et 9 000 collaborateurs, prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros d’ici à 2025. Pour y parvenir, les dirigeants des deux coopératives ont affirmé vouloir actionner plusieurs leviers. Ils comptent notamment s’appuyer sur des opérations de croissance externe, sur la croissance des métiers historiques (agriculture, agroalimentaire...) et la diversification, grâce au développement des productions alternatives comme le bio. « Pour la partie amont, notre volonté, dans les cinq ans à venir, est de passer au mode biologique 15 % de la SAU destinée à la transformation, afin de répondre à un marché en progression », avait indiqué en juillet dernier Dominique Ciccone, directeur général de Triskalia
D’autres évolutions sont également prévues sur la partie amont avec un service renforcé de conseil aux adhérents, la mise en œuvre d’innovations technologiques et la recherche de nouvelles productions de niche pour les agriculteurs. Dans les différentes filières, le développement du multicanal (vente à distance, circuits courts, e-commerce…) sera poursuivi, tout comme le développement des marques (d’aucy, Paysan Breton, Ronsard, Cocotine...) ou encore des activités à l’international, à travers l’export, le renforcement des implantations en Europe (Espagne, Hongrie) et le développement de marques comme Globus dans les pays de l’Est. Enfin, des pistes de développement sont envisagées sur la partie distribution verte, notamment en dehors du territoire breton.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.