La référence technique au service des éleveurs

Binage du maïs

Le passage adapté aux adventices dominantes

Selon que la flore adventice dominante est dicotylédones ou graminées, la stratégie de binage va évoluer d'assez tardif dans le premier cas à précoce dans le second.

Dans un communiqué de presse du 25 mai 2018, Arvalis-Institut du végétal décrit comment réussir le binage dans les programmes de désherbage du maïs grains et fourrage. L’institut technique rappelle dans un premier temps :

Le binage est efficace sur la plupart des dicotylédones annuelles, intéressant sur les adventices résistant aux herbicides, notamment le ray-grass. Et il est d’autant plus efficace que les adventices sont à un stade jeune. Il ne démontre toutefois pas d’effet sur les vivaces.

De plus amples détails sont alors apportés quant au positionnement du binage dans la stratégie de désherbage, appuyés par des résultats d’essais :

Parmi toutes les solutions testées en essais dans l’Ouest, en contexte dicotylédones dominantes, la stratégie "désherbage combiné" chimique (en prélevée ou post-levée) puis mécanique est celle qui permet d’obtenir les meilleures efficacités. C’est également la technique la moins risquée. Un binage réalisé juste avant recouvrement de l’interrang, vers 8-10 feuilles du maïs, permet en général de remplacer la 2e intervention chimique de rattrapage. En revanche, huit essais conduits dans le Sud-Ouest entre 2014 et 2017 en situation de graminées dominantes, donnent l’avantage à un désherbage mécanique positionné de manière précoce, suivi d’un dernier passage chimique en plein ayant une meilleure rémanence sur les levées tardives d’adventices. Il convient toutefois d’être particulièrement vigilant sur les parcelles présentant une forte infestation en vivaces. En présence de chardons, le binage peut permettre de supprimer des plantes mères, mais il lève aussi la dormance apicale et provoque le démarrage de pousses sur les drageons accélérant ainsi la multiplication végétative. Sur rumex, plusieurs passages répétés peuvent affaiblir les plantes alors que sur liseron, la technique est inefficace, voire impossible en présence de tiges développées.

Plusieurs passages en bio

Pour ceux qui souhaitent se passer totalement de solution chimique dans leur stratégie de désherbage, la houe rotative et la herse étrille doivent également être utilisées dans les programmes de désherbage du maïs grains ou ensilage selon l’institut :

"En conduite bio, ces outils sont indispensables et complémentaires de la bineuse. Il est nécessaire de multiplier les interventions pour obtenir un résultat satisfaisant : plusieurs passages successifs à 3-4 jours après le semis, jusqu’à 3-4 feuilles du maïs, suivis d’un ou plusieurs passages de bineuse selon les conditions."

Le tout avec un travail superficiel qui n’excède jamais 3-4 cm de profondeur avec la bineuse pour éviter la germination de nouvelles graines d’adventices et préserver les racines du maïs.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.