La référence technique au service des éleveurs

Marché foncier

Le prix des terres et prés libres en repli en 2017

En 2017, le prix des terres et prés libres en zones d’élevage bovin remonte de 2,9 % pour atteindre 4 670 €/ha

C’est une première depuis plus de vingt ans : en 2017, le prix des terres et prés libres non bâtis a reculé, de 0,8 %, pour s’établir à 5 990 euros/ha selon une étude de Terres d’Europe-Scafr d’après Safer. La dernière baisse du prix des terres libres, en valeur courante, remonte à 1996.
 
"L’évolution constatée en 2017 pourrait s’expliquer par une prudence des acteurs du marché dans un contexte de résultats économiques, certes en hausse, mais restant bas au regard du début des années 2010. De plus, la forte hausse des surfaces échangées peut conduire à un tassement des prix : l’offre importante de biens à la vente permet aux acquéreurs de négocier des prix à la baisse", souligne l’étude.
 
Le prix en zones de grandes cultures reste le plus élevé, à 7 420 euros/ha, soit 24 % au-dessus du prix moyen national. Il enregistre toutefois un nouveau repli, de 0,5 %, après celui déjà enregistré en 2016. En zones d’élevage bovin, le prix remonte de 2,9 % pour atteindre 4 670 euros/ha, tandis que dans les zones de polyculture-élevage, il cède 2,6 %, 5 870 euros/ha.
"Dans ces deux zones, le prix apparaît stable depuis 2013, en dépit d’un contexte morose pour l’élevage. Cette stabilité pourrait traduire, dans certains secteurs d’élevage, la pression foncière due aux exploitations céréalières cherchant à s’agrandir par l’acquisition de prairies retournables. Conséquence de ces deux évolutions, l’écart de prix entre les zones de grandes cultures et les zones d’élevage s’amenuise",  indique l’étude.
 
La géographie des prix des terres et prés libres est inchangée en 2017. Le Bassin parisien ainsi que le pourtour méditerranéen et la vallée du Rhône sont les grands ensembles géographiques qui affichent les valeurs foncières les plus élevées, supérieures à 6 500 euros/ha, voire localement à 9 000 ou 10 000 euros/ha.
A l’opposé, les plus faibles valeurs restent localisées dans les zones fortement spécialisées en élevage, au premier rang desquelles la Bourgogne-Franche-Comté et les Pays de la Loire qui affichent des prix régionaux inférieurs à 4 000 euros/ha.
 
 

Terres et prés loués : un prix toujours en hausse

 
Le prix des terres et prés loués continue d’augmenter. Il progresse de 3 % en 2017 pour atteindre 4 690 euros/ha, soit la plus forte hausse depuis trois ans.
Selon l’étude, la poursuite de la progression du prix des terres louées pourrait s’expliquer par le fait que le prix est souvent négocié plusieurs années à l’avance entre un fermier et son propriétaire. Le prix serait donc moins réactif à l’évolution des revenus agricoles. La hausse pourrait aussi être soutenue par les acquisitions des non agriculteurs, qui ont beaucoup plus augmenté en surface et en valeur que les acquisitions réalisées par les agriculteurs.
 
Comme sur le marché des terres et prés libres, de fortes disparités sont observées selon l’orientation technico-économique dominante du territoire. Ainsi, le prix des terres et prés loués en zones de grandes cultures atteint 6 010 euros/ha (en progression de 4,2 %), alors que le prix en zones d’élevage bovin est de 3 630 euros/ha (+ 2 %). Dans les zones de polyculture-élevage, le prix progresse de 2,6 % pour atteindre 4 490 euros/ha. Les prix les plus élevés se situent dans les départements du Bassin parisien, où ils dépassent les 6 000 euros/ha, et atteignent même les 10  000  euros/ha dans la Marne. Les prix les plus faibles, inférieurs à 3 000 euros/ha, se retrouvent dans des territoires fortement orientés vers l’élevage, en tête desquels les régions Pays de la Loire et Bourgogne-Franche-Comté.
 
Source : Terres d’Europe-Scafr d’après Safer
 
Lire aussi:
 
- Le GFA, pour organiser la transmission

- Le prix des terres et prés libres stable en 2016

 

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.