La référence technique au service des éleveurs

Lait

Le rebond de collecte fin 2017 comble le déficit

En cumul sur l’année 2017, le volume de lait collecté dépasse de 0,3% le niveau de 2016.

En décembre 2017, la collecte de lait de vache poursuit sa hausse engagée depuis septembre, avec une progression de 3,3 % par rapport à décembre 2016 (après + 5,8 % en novembre). Ce rebond de la collecte en fin d'année a permis de combler le déficit du premier semestre 2017. En cumul annuel, le volume collecté dépasse légèrement (+ 0,3 %) le niveau de 2016, d’après une note Agreste Conjoncture du ministère de l’Agriculture.
La collecte de lait de vache reste dynamique dans la plupart des bassins laitiers hormis dans le bassin Sud-Ouest où elle recule de 2,2 % par rapport à décembre 2016. La collecte augmente de 3,5 % sur un an dans le bassin Grand-Ouest et de 3,1 % dans le bassin Normandie. Elle s'accroît de 5,7 % dans le Grand-Est et de 2,9 % dans le bassin Nord-Picardie. Elle progresse de 4,9 % en AuvergneLimousin, de 4,4 % dans le bassin Sud-Est et de 3,1 % dans le bassin Centre. La collecte se stabilise dans le bassin Charente-Poitou (+ 0,4).

La part de la collecte de lait de vache bio représente 3 % de la collecte totale en décembre 2017.
 
En décembre 2017, le prix du lait standard 38/32g/l s’établit en moyenne à 343 €/1 000 litres et celui du lait à teneurs réelles à 372 €/1 000 litres. Ils reculent respectivement de 3 et 4 €/1 000 litres par rapport au mois précédent mais augmentent de 34 €/1 000 litres par rapport à décembre 2016.
 

 

Les fabrications de matières grasses en recul de 5,2 %

 
En cumul annuel 2017, les évolutions des fabrications de produits laitiers au lait de vache sont pour la plupart déficitaires par rapport à 2016.
Les fabrications de lait conditionné et celles de yaourts et desserts lactés reculent de 2,6 %, tandis que les fabrications de crème conditionnée progressent de 4,8 % par rapport à l'an passé. Parmi les principales fabrications de fromages, celles de fromages frais reculent de 3,3 %, celles de fromages à pâte pressée non cuite de 1,5 % et les fromages à pâte molle baissent de 0,8 %. À l'inverse, les fabrications de fromages à pâte filée progressent sur un an de 3 %, celles de fromages à pâte persillée de 2 % et celles de fromages à pâte pressée cuite de 1,8 %. Parmi les produits industriels, les fabrications de matières grasses reculent de 5,2 % (- 3,3 % pour le beurre), et celles de poudres séchées de 5,3 % par rapport à 2016. Les fabrications de poudre de lactosérum progressent de 3,7 % et celles de poudre de babeurre de 0,5 % d'une année à l'autre.

Lire aussi :
-La reprise de la collecte de lait se fait attendre
-
La production de lait se redresse

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.