La référence technique au service des éleveurs

Prix et marges des produits agricoles

Le revenu ne couvre plus le coût de production

Chez les bovins viande, le prix entrée abattoir est en baisse depuis 2014. Photo : A.Cotens/Pixel image

« En 2015, chez pratiquement aucun producteur des filières observées, le coût de production n’est couvert par le coût de revenu », annonce Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits agricoles. Le cinquième rapport de cet observatoire était présenté le 11 avril. Le président de l’Observatoire note :

« Pour la première fois, on constate une convergence sur les différentes productions, avec une baisse globale des prix agricoles. Tous produits confondus, le recul moyen des prix est de 2,4%. »

La baisse du prix du lait est entre 15 et 16 % cette année, et la chute est plus importante pour les produits industriels : 30 % pour la poudre de lait écrémé et 15 % pour le beurre. « Le lait a connu une bonne période en 2014, où les éleveurs arrivaient bien à couvrir le coût de production avec les aides de Bruxelles. Aujourd’hui, la vente de lait ne permet pas de couvrir ce coût malgré les aides », explique Philippe Chalmin. En effet, selon une analyse du réseau d’élevage, la rémunération des éleveurs laitiers est entre 0,7 et 0,8 SMIC selon le système.

Chez les bovins viande, le prix entrée abattoir est en baisse depuis 2014 (moins deux centimes en 2015). L’Institut de l’élevage a étudié le coût de production sur la campagne 2015 d’exploitations références des Réseaux d’élevage. D’après l’Observatoire, ces exploitations ont de meilleures performances techniques que la moyenne. Selon cette étude, les éleveurs « naisseurs engraisseurs » sont rémunérés 1,1 SMIC, les « naisseurs » 0,8 SMIC et les « engraisseurs » ne sont pas rémunérés.

Prix agricole et prix alimentaire ne sont plus corrélés

Chez les IAA la baisse est de 2%, alors que le prix à la consommation progresse de moins de 0,5%. Selon le président de l’Observatoire, il y a une dé-corrélation entre le prix agricole et le prix alimentaire. En viande bovine, le prix entrée abattoir est en baisse de 6 centimes par rapport à 2014. Dans le même temps, la marge brute industrie est en hausse de 10 centimes et le prix en GMS est stable. De même sur le lait, où le prix producteur a baissé en parallèle d’une hausse de trois centimes du litre pour l’industrie et d’une augmentation du prix des produits marques distributeurs qui s’alignent sur les marques nationales. 

Lire aussi:
Le prix du lait en retrait de 26€/1000l sur un an

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.