La référence technique au service des éleveurs

Prévisions européennes à l’horizon 2025

Le secteur du lait dopé par la demande de l’UE

La hausse de la demande intérieure de l’UE pour les produits laitiers devrait se poursuivre pour soutenir une augmentation des livraisons de près de 1% par an, à 164 millions de tonnes en 2025. Photo : maglara-fotolia.

La Commission européenne a publié en décembre un rapport sur « Les perspectives à moyen terme pour les marchés et revenus agricoles de l’UE 2015-2025 ». Selon les auteurs, malgré les difficultés rencontrées actuellement sur le marché du lait, le secteur laitier de l'Union européenne pourrait saisir des opportunités pour poursuivre son expansion au cours de la période, expansion favorisée par la croissance de la demande intérieure de l'UE.

Ces opportunités sont, d’une part, les prix des céréales de l'UE qui devraient s’établir en moyenne entre 150 et 190 €/ t dans un contexte général de baisse des matières premières. D’autre part, la demande mondiale croissante dans un contexte de prix des aliments abordables devrait favoriser le secteur de l'élevage.

Vers davantage d’importations chinoises

Selon les auteurs du rapport, les bas prix actuels des matières premières laitières et du lait sont principalement le résultat d'une forte augmentation de la production dans le monde et l'Union européenne, à un moment où la Chine a commencé à réduire ses achats et où la Russie a introduit une interdiction d’importation.
Toutefois, indiquent-ils, la demande d'importation à partir d'autres régions du monde a augmenté de manière significative et devrait progresser régulièrement au cours de la période de prévision, tirée par la croissance de la population et par un changement dans le régime alimentaire en faveur des produits laitiers. En outre, les importations chinoises devraient renouer avec la croissance.
Bien que plus faible par rapport à la dernière décennie, une augmentation annuelle de 2% des importations mondiales est prévue sur la période de projection. La hausse de la demande intérieure de l’UE pour les produits laitiers devrait se poursuivre pour soutenir une augmentation des livraisons de près de 1% par an, à 164 millions de tonnes en 2025.
 
Les exportations de l’Union européenne devraient croître légèrement, grâce au potentiel considérable de cette zone pour augmenter la production laitière, contrairement à son principal concurrent, la Nouvelle-Zélande, qui est plus limitée par la disponibilité des ressources naturelles.

La poudre absorbe l’essentiel du lait supplémentaire

Les auteurs soulignent enfin que les prix du lait devraient se rétablir à des niveaux modérés à court terme, avant d'augmenter jusqu’à une moyenne de 360 euros/t dans les cinq dernières années de la période de projection.
Dans les dix prochaines années, environ la moitié du lait supplémentaire produit dans l'Union européenne pourrait être utilisée pour la fabrication de poudre et plus de 30% pour le fromage. Alors que l’essentiel de la poudre supplémentaire devrait être exporté, le principal débouché pour le fromage restera le marché intérieur.

Lire aussi :
Un rééquilibrage du marché mondial du lait en vue ?
Les pays émergents changent la demande mondiale
L’Asie restera le moteur du marché mondial du lait
Le secteur du lait dopé par la demande mondiale
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.