La référence technique au service des éleveurs

Fertilisation des prairies

Les engrais minéraux à la pincette

S’il y a épandage d’engrais de ferme, l’apport de phosphore et de potassium minéral est loin d’être indispensable. Photo : M. Lecourtier/Pixel image

À l’occasion d’une journée « L’herbe pâturée, une ressource sous-estimée » organisée par le GDSB des Ardennes, Ardennes conseil élevage et la chambre d’agriculture des Ardennes, Didier Deleau, ingénieur régional fourrages à la station expérimentale Arvalis-Institut du végétal de Saint-Hilaire en Woëvre, a tenu à rétablir quelques vérités :

Le chaulage n’a pas d’impact positif sur la disponibilité des éléments fertilisants. Par exemple, la disponibilité du phosphore dans le sol est meilleure quand le pH est bas. C’est vrai aussi pour la potasse et beaucoup des oligoéléments. Seul le molybdène voit sa disponibilité augmenter avec l’augmentation du pH.

Un pH élevé n’est pas non plus favorable aux légumineuses. Ces dernières se plaisent dans un sol au pH légèrement au-dessus de la neutralité. Autre contre-vérité que Didier Deleau évoque, les engrais de ferme :

L’apport de lisier ou de fumier sur prairie n’acidifie pas le sol. Le premier a un effet alcalisant au contraire. Le second, quant à lui, maintient le niveau de pH.

Un détail important quand l’apport régulier de fumier et/ou de lisier peut suffire à combler les besoins d’une prairie phosphore et potassium.

P et K en fonction des engrais de ferme

Il n’existe qu’un seul moyen d’identifier le statut d’une prairie à propos du phosphore et du potassium : l’analyse d’herbe. Si une analyse d’herbe tous les cinq ans permet de vérifier le statut d’une prairie, Didier Deleau donne quelques grands axes pour sa fumure de fond :

Si un apport de fumier ou de lisier est réalisé tous les deux ans, il n’est pas nécessaire d’apporter du phosphore et du potassium sous forme minérale. Si l’épandage est triennal, un apport de potassium minéral lors de la troisième année sera nécessaire. Si les apports d’engrais de ferme sont irréguliers, il est inutile de compléter la fertilisation en P et K les deux premières années. L’épandage d’éléments minéraux devra être envisagé à partir de la troisième année. C’est d’autant plus vrai pour les prairies de fauche qui ne bénéficient pas de la restitution des animaux.

Cette conduite, la station expérimentale de Saint-Hilaire en Woëvre l’a tenu en s’appuyant sur des analyses d’herbe régulières. Dans les années 90, elle épandait 25 t/ha de fumier tous les deux ans et fertilisait les prairies n’ayant pas reçu de fumier une année par 70 u/ha de P205 et 140 u/ha de K2O. Depuis 1997 et l’utilisation de l’analyse d’herbe, la ferme n’épand plus que 15 t/ha de fumier tous les trois ans et fait l’impasse sur la fumure minérale. Ce qui a engendré une économie de l’ordre de 5 000 euros/an pour cette ferme qui compte 80 ha de prairies permanentes.

L’urée au premier apport

La fertilisation organique a un effet favorable si les apports ne sont pas trop importants. Mieux vaut 20 t/ha et par an que 60 t/ha tous les trois ans. Il faut toutefois éviter le fumier frais. Et l’apport d’engrais de ferme n’empêche pas les apports minéraux d’azote notamment. À ce propos, Didier Deleau évoque :

Il a été mis en évidence qu’un premier apport avec de l’urée présente une meilleure efficacité que l’ammonitrate. Sur repousses, par contre, l’urée demande un temps frais et humide pour limiter la volatilisation.

Quel que soit la forme d’azote minéral épandue, elle doit l’être dans les cinq jours qui suivent la sortie des animaux s’il s’agit de pâturage et entre le 5e et le 10e jour après une fauche. Et Didier Deleau de conclure :

Il est inutile d’effectuer un apport d’azote après le 15 juin. En période sèche, il ne serait pas valorisé par manque d’humidité. En conditions favorables, la minéralisation de l’azote présent dans le sol suffit à couvrir les besoins de la prairie.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.