La référence technique au service des éleveurs

Rencontre FNPL - transformateurs laitiers

"Les fondamentaux des marchés lait restent bons"

 La Chine a baissé ses importations de poudre de lait écrémé de 33% et de poudre grasse de 53%. Photo : D. Bodiou/Pixel image

Après la rencontre du 10 juin avec la grande distribution, c'était au tour des transformateurs laitiers1 de rencontrer la FNPL le mardi 16 juin, pour tenter de trouver une solution au prix du lait insuffisant. Constatant un prix moyen de 300 à 310 euros/1000 litres sur le premier semestre, la FNPL estime en effet qu'il manque 30 euros pour les producteurs.

Les coopératives laitières adhérentes à la FNCL ont réaffirmé être "conscientes de la difficulté de la situation", hélas, "la reprise constatée sur les marchés en début d'année ne s'est pas confirmée, et la demande internationale demeure atone". Dans un communiqué, la FNCL détaille :

La Chine a baissé ses importations de poudre de lait écrémé de 33% et de poudre grasse de 53%. Or, 32% de l'activité des coopératives laitières françaises se fait à l'international, pour celles qui ont une activité de transformation.

La FNCL souligne aussi que les relations avec la grande distribution restent rudes. Elle tente de rassurer néanmoins :

La conjoncture difficile ne doit pas faire oublier que les fondamentaux des marchés laitiers restent bons à moyen et long terme, avec une croissance de consommation mondiale estimée à 2% par an dans les prochaines années. La volatilité des marchés continuera à s'exprimer dans les années qui viennent à la hausse comme à la baisse. Il est possible d'apprendre à la gérer dans une dynamique collective, sans mettre les opérateurs dos à dos.

Effets de la volatilité déjà lissés

La FNCL rappelle les solutions qu'elle a déjà mises en oeuvre. Ainsi, les coopératives laitières auraient déjà lissé les effets de la volatilité actuelle en pratiquant au premier semestre un prix du lait qui n'est pas le reflet des marchés dégradés. Elles peuvent aussi dans certains cas proposer des avances à leurs associés-coopérateurs.

À plus long terme, les coopératives laitières indiquent qu'elles tentent de se consolider en diversifiant leurs débouchés en termes de mix produits et de marchés. Et elles accompagnent leurs associés-coopérateurs par des formations pour la maîtrise économique de leur exploitation et le développement de leur compétitivité.

La FNCL rappelle aussi qu'elle milite toujours en ligne de fond pour un retour à des relations commerciales responsables – clin d'oeil à la grande distribution –, et pour la mise en place d'outils de prévention et de gestion de crise, notamment un système assurantiel pour sécuriser la marge du producteur en cas de crise.

(1) Bongrain (Savencia), Danone, Ermitage, Eurial, Lactalis, Sodiaal, St Denis de l'Hôtel, Triballat, Novandie, FNCL, Fnil. Excusés : Agrial, Maître laitier du Cotentin, Isigny, Bel, Alsace lait.

Lire aussi :
La hausse du prix du lait, c'est pour quand?
Des pistes pour lutter contre la volatilité
Les coops laitières prêtes pour l'après-quotas

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.