La référence technique au service des éleveurs

Filière ruminants

Les Français vont-ils continuer à manger autant français ?

Les Français ont consommé davantage de produits locaux durant le confinement. CP : DR

Après le confinement et ses impacts sur la filière des ruminants, FranceAgriMer pose les questions sur l'évolution du marché pour les prochains mois. 
 
Le Covid-19 a bouleversé les achats des Français. Ils ont en effet été 92 % à manger de la viande bovine française durant le confinement. Selon une source Ifop, 82 % déclarent vouloir continuer à acheter des produits locaux après la crise. Avec la reprise de la restauration hors domicile, cette volonté ne va-t-elle pas être ébranlée ? Bruno Colin, président du conseil spécialisé ruminants de FranceAgriMer, n’a sans doute pas encore la réponse. Mais il s'agit d'un défi à relever dans les mois à venir.

« Selon le suivi d’IRI, l’inflation des prix à la consommation a été maintenue. Nous devons travailler de ce côté-là avec la restauration hors domicile, tendre par exemple vers une meilleure valorisation de la viande hachée. Des outils comme le stockage ont été utilisés pour réguler l’offre, notamment en produits laitiers. Nous savons désormais que les mesures d’aides à réduire la collecte de lait en avril ont eu un effet. Elle a baissé de 1,9 %. Par ailleurs, nous espérons que les stocks effectués durant le confinement (pâte pressée cuite, fromage à pizza, …) seront réorientés vers la restauration hors domicile »précise-t-il.

FranceAgriMer lance une étude RHD pour mieux connaître ce marché face à la concurrence des importations.

 Bouleversement des marchés

De nombreuses questions se posent donc après ces semaines de confinement. Pour rappel, selon différentes sources, nous avons que la viande hachée achetée en GMS a fortement progressé au détriment des produits élaborés. FranceAgriMer confirme cette évolution en précisant le scénario s'étant déroulé entre mars et mai. La part d’achat de viande hachée fraîche est passée de 13,7 % en mars à 33,9 % en avril pour chuter à 4,7 % en mai.

« Les Français, qui se sont mis à cuisinier davantage, ont plutôt privilégié la viande bovine hachée fraîche, commente FranceAgriMer. C’est ce qui explique que les achats de viande hachée surgelée ont reculé de 6 %, passant de de 57,4 % en mars à 51, 4 % en avril pour chuter brusquement à 10,8 % en mai. Les laitages ont suivi le même mouvement. »

Les produits standards laitiers, destinés notamment à la cuisine, ont progressé, puis la situation est redevenue normale. C’est le cas de la crème fraîche : en avril, les achats ont augmenté de 15 % mais ont baissé de 27 % en mai, lorsque la situation est redevenue normale. FranceAgriMer constate que :
 

« Le manque d’offres en fromages et en poudre de lactosérum a pénalisé les ventes de ces deux produits. En revanche, les prix compétitifs sur les poudres et sur le beurre ont permis à la France de profiter de la reprise de la demande des pays tiers. Le repli des importations du beurre et des poudres a contribué à l’amélioration du solde des échanges. »

 
En viande bovine, les importations ont diminué de 48 % en avril en raison de la fermeture de RHD. Quant au veau de boucherie, les mises en place étant au ralenti, les petits veaux sont exportés vers l’Espagne à un rythme accru de + 22 % sur les quatre premiers mois de l’année mais à faible prix (- 10 % sur quatre mois).

Les questions de FranceAgriMer

Après ces bouleversements, comment la filière ruminants va-t-elle être impactée dans les prochains mois ? FranceAgriMer liste plusieurs facteurs à suivre :
- la crise économique mondiale peut-elle se traduire par un repli de la demande, notamment en produits haut de gamme avec des baisses des cours ?
- Quels vont être les impacts sur le marché des stocks français (viandes de veau,  jeunes bovins…) ou américains (beurre, poudre de lait écrémé, fromages) ?
- La pérennité de la consommation de produits français, locaux, sains, bio aura-t-elle un impact sur les importations de viande ?
- Quels vont être les résultats des négociations internationales toujours en cours (Nouvelle-Zélande, accords avec le Mercosur, Brexit) ?  

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site