La référence technique au service des éleveurs

Abattage à la ferme

Les tests vont démarrer en fin d’année

Des tests d''abattage à la ferme devraient démarrer d'ici la fin 2019 avec un camion prototype issu de l'expérience suédoise.

Grâce à la nouvelle loi promulguée en octobre 2018 sur l’équilibre des relations commerciales, un dispositif expérimental d’abattage des bovins en camion ambulant devrait commencer au dernier trimestre avec la société Le Bœuf Éthique.

Sera-t-il possible un jour d’organiser en France des abattages à la ferme pour des bovins ? Il semblerait que oui. Les premiers tests auront même lieu à la fin 2019. Jusqu’à présent, cette démarche était interdite par la loi (cf. arrêté du 18 décembre 2009).

L’article 73 de la loi 2018-938 sur l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire du 30 octobre 2018 stipule, qu’à titre expérimental, des dispositifs d'abattoirs mobiles peuvent être mis en place pour une durée de quatre ans. Depuis de nombreuses années, des éleveurs et des chercheurs tentent de faire évoluer cette réglementation.

Le camion revient à 1,5 million d’euros

En 2018, les expérimentations en installation d’outils d’abattage mobiles ont démarré. Pour des raisons de facilité, elles concernent les petits animaux, ovins et caprins. Pour les bovins, la mise en place est plus difficile. La société SAS Le Bœuf Éthique menée par Émilie Jeannin, éleveuse de charolais à Beurizot (21) et ancienne conseillère à l’installation, va expérimenter le premier camion mobile. Le projet demande 1,5 million d’euros.

Notre objectif est de créer une filière longue avec des éleveurs qui travaillent en extensif dont les animaux sont nourris à l’herbe et sans OGM, explique l’éleveuse. Le Bœuf Éthique achètera des animaux vivants aux exploitants et la viande sera vendue sous la marque commerciale du même nom aux restaurateurs privés ou collectifs, aux bouchers et aux GMS. Par cette démarche, nous espérons amener de la valeur ajoutée aux éleveurs. La filière est toujours en crise puisque l’indicateur de coût de production moyen est de 5,50 euros/kg de carcasse alors que les cotations actuelles affichent 3,40 euros/kg de carcasse.

Objectif de 2000 tonnes de viande traitées par an

Pour le camion mobile, la société s’inspire du modèle suédois. Il sera construit à l’identique. L’abattage, le dépeçage et la découpe s’effectueront dans le camion. Un vétérinaire agrée par l’État fera les vérifications nécessaires. Le Bœuf Éthique procède actuellement à la demande d’agrément.

« Le camion sera disponible dans tous les bassins de vaches à viande, souligne Émilie Jeannin. Il pourra par exemple s’arrêter quatre fois par an sur ma ferme. En vitesse de croisière, qui demandera trois ans de mise au point, nous devrions traiter 2 000 t/an de viande. »

Grâce à la contractualisation avec Le Bœuf Éthique, l’éleveur se soustrait du mode de fixation des prix actuels (cotation journalière couplée à la grille de carcasse Europa, conformation E.U.R.O.P et le classement de 1 à 4). L’objectif est de vendre au même prix que la viande bio.

Retrouvez l'article complet dans le numéro de février de Cultivar Élevage.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.