La référence technique au service des éleveurs

Marché mondial des laits infantiles

L’Europe, toujours leader demain ?

Les deux premiers producteurs mondiaux de lait infantile, Nestlé et Danone, détiennent 40% des parts de marché.

En 2017, le monde a produit  2,7 millions de tonnes de lait infantile, principalement commercialisé sous forme de poudres. La production est dominée par l’Europe.

"Avec 33 % de la production mondiale, l’UE se place au 1er rang et de loin. La Nouvelle-Zélande ne représente que 4 % de la production mondiale et elle est quasi exclusivement liée à la présence d’investissements chinois", analyse Christophe Lafougère directeur du Gira, cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans les secteurs alimentaires.

L’Europe est aujourd’hui leader sur le marché des laits infantiles mais va-t-elle le rester encore longtemps ?

Le marché des laits infantiles est dynamique, "même si on observe un premier ralentissement". La croissance prévisionnelle est estimée à + 5 %/an sur les cing prochaines années, alors que la croissance était de 6,5 % par an sur la période précédente. Le lait de croissance (12-36 mois) représente 40 % de la production mondiale et reste la branche la plus dynamique.

"On s’attend à une croissance de 6,5 % par an pour le lait de croissance contre 3,5 % pour les laits 1er (0-6 mois) et 2e âge (6-12 mois)", indique Christophe Lafougère.

L’UE est le premier producteur mais aussi le 1er exportateur avec plus de 50 % des échanges. Trois pays sont à la pointe de l’exportation : les Pays-Bas, la France et l’Irlande.

Si, en 2012, le principal débouché de l’Europe était le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (40 % des exportations), en 2017 la Chine arrive à la première place avec 50 % des exportations européennes, suivi du Moyen-Orient (25 %). Ces chiffres montrent, une fois de plus, l’importance du marché chinois sur l’ensemble des filières laitières.

Le lait de croissance représente 50 % des importations

La consommation de produits laitiers en Chine augmente de 5 % par an.

"On s’attend à une augmentation de production en Chine. Les consommateurs retrouvent progressivement confiance dans la production locale, notamment dans le lait de consommation. Cela devrait prendre plus de temps sur le lait infantile", indique Christophe Lafougère.

La Chine va continuer d’importer massivement les produits européens. 

"50 % des importations chinoises concernent le lait de croissance, ce que l’Europe fabrique peu. L'UE est spécialisée sur les poudres de lait 1er et 2e âge", fait remarquer le directeur du Gira.

Le lait 1er âge représente 25 % des importations et le lait 2e âge les 25 % restants.

"Les chinois investissent massivement en Europe mais aussi en Nouvelle-Zélande et Australie. Or il existe des accords de libre-échange entre la Nouvelle-Zélande et la Chine. Est-ce que nous serons toujours maîtres demain sur le marché chinois ?", interroge Christophe Lafougère.

Retrouvez l'article complet dans le numéro 709 de juillet-août de Cultivar Élevage.

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.