La référence technique au service des éleveurs

Antibiorésistance

L'exposition des animaux aux antibiotiques diminue

L’exposition des animaux aux antibiotiques a diminué de 7,3% par rapport à 2012. Photo : yahyaikiz-fotolia.

Reconnue comme un problème majeur en termes de santé humaine et animale au niveau international, l’antibiorésistance est un enjeu pour la médecine vétérinaire. À l’occasion de la journée européenne sur l'antibiorésistance, l'Anses a consacré le 4 novembre une demi-journée à la réflexion sur la résistance aux antibiotiques et à ses implications en santé animale et humaine.

En effet, l'émergence et la diffusion de bactéries résistantes aux antibiotiques remet en question l’efficacité de certains traitements chez l’homme et chez l’animal. Afin de proposer de nouvelles actions pour une meilleure utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire, l’Anses a publié en juin 2014 un rapport sur les risques d’émergence d’antibiorésistances.

Selon ce rapport, en 2013, le volume total des ventes d’antibiotiques s’élève à 699 tonnes : c’est le tonnage le plus faible enregistré depuis le début du suivi en 1999. Cependant, ce chiffre ne reflète pas précisément l’utilisation des antibiotiques aux vues de leurs différences d’activité et de posologie.

Selon l’indicateur Alea, qui permet de mieux évaluer l’exposition des animaux aux antibiotiques, celle-ci a diminué de 7,3% par rapport à l’année 2012. Ainsi, il est lui aussi inférieur pour la première fois à celui de 1999, date de début du suivi. Pour les bovins, l’exposition aux antibiotiques a diminué de 6,6% entre 2012 et 2013.

 

Un focus sur les antibiotiques critiques

En France, depuis 2010, de nombreuses initiatives ont promu l’usage prudent des antibiotiques comme la mise en place en médecine vétérinaire du plan national EcoAntibio 2017. La diminution observée répond pour l’instant à l’objectif de ce plan qui vise une réduction en 5 ans de 25 % de l’usage des antibiotiques.

D’autre part, le Réseau Résapath qui collecte des données sur la sensibilité de certaines souches bactériennes animales vis-à-vis de plusieurs antibiotiques, a réalisé un focus sur leur résistance aux antibiotiques dits critiques : céphalosporines de troisième et quatrième générations (C3G/C4G) et fluoroquinolones.

En 2013, le taux de résistance aux C3G/C4G des bovins adultes est de 2%, soit un des plus bas chez les animaux, et de 7,7% chez les veaux. Pour les fluoroquinolones, la tendance est aussi à la baisse chez les bovins.

À lire aussi
Loi d'avenir agricole : ce qui va changer pour le médicament vétérinaire
La baisse de consommation d'antibiotiques engagée

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site