La référence technique au service des éleveurs

Antibiorésistance

L'exposition des bovins aux antibiotiques diminue

La filière bovine affiche une baisse de 9,5 % de l’exposition de ces animaux aux antibiotiques. Photo : DR

« La résistance aux antibiotiques cause la mort de près de 700 000 personnes chaque année », a indiqué Marisa Peyre, épidémiologiste au sein du Cirad, lors de la septième journée dédiée à l’antibiorésistance en santé animale et dans l’environnement organisée par l’Anses le 16 novembre dernier. Et malheureusement, la consommation d’antibiotiques risque d’augmenter de 67 % d’ici 2030 en élevage en particulier à cause de l’augmentation de la demande en produit carnés des pays émergents. 

Cependant, il semblerait que l'objectif du plan EcoAntibio de réduction de 25% en 5 ans (2012 à 2016) de l'exposition des animaux aux antibiotiques soit en passe d'être atteint. De la même manière, l'objectif, fixé par la loi d'avenir pour l'agriculture , l'alimentation et la forêt, de réduction de -25% en 3 ans (2014 à 2016) de l'exposition des animaux aux antibiotiques d'importance critique (céphalosporines de dernières générations et fluoroquinolones) est également en passe d'être atteint.

Une baisse de 9,5 % de l’exposition des bovins

Ainsi entre 2012 et 2015, l’exposition des animaux aux antibiotiques, toutes espèces animales et toutes familles d'antibiotiques confondues, a diminué de 20,1 % par rapport à 2011. Une baisse de l’exposition a été observée pour toutes les espèces animales par rapport à l’année 2011. Les plus fortes baisses sont à mettre au crédit des porcs (-24,1 %), des volailles (-22,1 %) et des lapins (-17,8 %). La filière bovine affiche quant à elle une baisse de 9,5 % de l’exposition de ces animaux aux antibiotiques.

Sur les deux dernières années (2014-2015), l’exposition aux céphalosporines de dernières générations et celle aux fluoroquinolones (dits antibiotiques critiques) ont respectivement diminué de 21,3 %  et de 22,3% par rapport à 2013. Concernant les fluoroquinolones, le taux de résistance le plus élevé est retrouvé chez les bovins avec 22 % mais semble se stabiliser.

Le volume de ventes le plus faible jamais enregistré

Le volume de ventes d’antibiotiques en 2015 s’élève à 514,3 t. Il est le plus faible jamais enregistré. Pour éviter tout biais dans l’interprétation des résultats annuels, les ventes d’antibiotiques ont été moyennées sur les deux années 2014 et 2015. Ainsi, le volume moyen annuel de ventes d’antibiotiques vétérinaires était de 650 t. Soit moitié moins qu’en 1999 (1 311 t) – première année de suivi – et 28,4 % plus faible qu’en 2011.

Gérard Moulin, adjoint au directeur de l’Anses, précise :

Cette baisse est particulièrement dû à la baisse des ventes d’antibiotiques administrés par voie orale et à la réduction de 39 % des mélanges médicamenteux.

Ces efforts se poursuivront à travers la feuille de route gouvernementale définie par le Comité interministériel pour la santé (CIS) visant à conduire une action coordonnée de maîtrise de l’antibiorésistance en associant santé humaine, santé animale et environnement, sous le concept d’une seule santé « One Health ».

À la demande du Premier ministre, le premier Comité interministériel pour la santé consacré à l’antibiorésistance a permis de définir une feuille de route gouvernementale composée de 40 actions réparties en 13 mesures phares, visant à diminuer la consommation d’antibiotiques de 25% d’ici 2018 et à réduire les conséquences sanitaires et environnementales de l’antibiorésistance.

Lire aussi:
Médocs en stock avant la fin des ristournes
La baisse de consommation d'antibiotiques engagée

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.