La référence technique au service des éleveurs

Expérimentation

Projet Reine Mathilde : Des résultats encourageants pour la bio

Les essais réalisés depuis 2011 dans le cadre du Pojet Reine Mathilde concernent les associations de céréales, protéagineux et leur intérêt pour la fauche, l'ensilage et les rations alimentaires.

Après huit années d'essais, les partenaires ont dévoilé les résultats du projet Reine Mathilde à l'occasion du Space. Le projet, qui a démarré en 2011 grâce à une filiale de Danone et à l’Institut de l’élevage, apporte des solutions pour la filière laitière normande en bio.

Les Prés rient bio (ex-Stonyfield), filiale de Danone, spécialisée dans le yaourt et les produits laitiers bio), a cofinancé le projet Reine Mathilde avec l’Institut de l’élevage. De nombreux partenaires y sont associés dont Agronat, Littoral Normand et l’Association bio Normandie (ABN). Philippe Metivier de la chambre d’agriculture du Calvados en est le coordinateur. Programmé pour cinq ans (2010-2014) et prolongé jusqu’en 2018, il a pour objet de renforcer la filière laitière bio en Normandie.
Huit thèmes ont été retenus :

- associations céréales-protéagineux en grains ;

 - associations riches en protéagineux à ensiler ;

- associations lupin + céréales ;

 - les mélanges prairiaux à récolter ;     

 - les mélanges prairiaux à pâturer ;

 - associations maïs + plantes compagnes ;   

 - céréales, maïs et protéagineux cultivés en pur ;   

 - semis de prairies sous couvert de cultures annuelles.

Des pistes pour approcher l'autonomie alimentaire

Les essais ont été réalisés sur l’exploitation du Gaec Guilbert à Tracy-Bocage (14) dans des terres situées à 50 km de la mer, en sols limono-argileux profonds sans cailloux, recevant des effluents d’élevage et se caractérisant par un potentiel de rendement en céréales bio de 50 q/ha.

Parmi les principaux résultats retenons :

- un avantage du mélange tritiale + féverole pour obtenir un concentré équilibré ;

- choisir des variétés de protéagineux aux densités renforcées dans des mélanges avec les céréales semées précocement pour obtenir un mélange riche en protéine ;

- en ensilage, préférer des associations à base de féverole pour le méteil au lieu de l’association triticale + avoine + pois fourrager + vesce, productive mais pauvre en valeur alimentaire ;

- en ensilage, l’association lupin + pois présente les meilleurs résultats en matière azotée totale (21 %) et la féverole est indispensable aux ensilages hyperprotéagineux ;

- pour la fauche, les associations trèfle violet + trèfle incarnat + ray gras hybride + chicorée + LD4F (mélange commercial de 7 espèces et 10 variétés dont plus de 50 % de légumineuses) présentent la productivité la mieux répartie sur l’année ;

- pour la fauche, les mélanges trèfle violet + chicorée + trèfle blanc + graminées sont les plus productifs (9 t MS/ha chaque année, le plus régulier) ; la fétuque élevée, le dactyle, la fétuque des prés s’associent bien avec la luzerne ; 

- pour le pâturage, la chicorée et le plantain sont bien adaptés ainsi que les associations avec le trèfle blanc ;

- en ensilage de maïs, la féverole et le haricot tarbais sont deux plantes compagnes intéressantes ;

- en semis de prairie sous couvert de plante annuelles, l’orge de printemps et l’association pois féverole de printemps à ensiler permettent de sécuriser l’implantation des prairies.

Retrouvez les résultats complets ici

À lire aussi
Viser l'autonomie alimentaire avec l'AB

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.