La référence technique au service des éleveurs

Filières animales

Restructurer les IAA françaises : une nécessité

S'agrandir, s'unir ou innover: les solutions ne manquent pas pour améliorer la compétitivité des PME françaises.

Dans les filières animales, la part des industries agroalimentaires (IAA) françaises à l'exportation ne cesse de diminuer depuis le début des années 1990: elle est passée de 12,7% à 9,6% au sein de l'Union européenne entre 1997 et 2009, et de 3,5 à 2,9% dans le monde.
Dans le même temps, l'Allemagne gagnait des parts de marchés.

Selon Carl Gaigné, directeur de recherches en économie à l'Inra de Rennes:

Pour améliorer la performance globale des industries animales et reconquérir des parts de marché , il faut restructurer les industries françaises. 

Le paysage industriel français compte actuellement de grands leaders internationaux, et à côté, une multitude de petites entreprises: dans les secteurs de la viande, du lait et de l'alimentation du bétail, 5% des entreprises assurent aujourd'hui 60% des exportations.
 

Démographie des entreprises - Comparaison France-Allemagne
(Source Eurostat 2005)

 
  Total < 10 salariés 10 à 249 salariés > 250 salariés
Industrie des viandes
France 11216 85 % 14% 1%
Allemagne 12615 49% 50,5% 0,5%
Industrie du lait
France 1462 71% 25,5% 3,5%
Allemagne 453 57% 34,5% 8,5%

Une telle structuration pose problème pour la performance globale du secteur. Comme Carl Gaigné l'explique:

Les entreprises de petite taille sont très sensibles eux effets de conjoncture, à la fois à la hausse des charges fixes et des coûts variables et à la baisse des parts de marché due à la concurrence. Tout cela freine les investissements des PME avec pour conséquence: moins d'exportations, moins d'innovation, un pouvoir de négociation plus faible, voire l'arrêt des exportations.

La taille de l'entreprise est un facteur important non seulement pour accroître les performances à l'exportation, mais aussi pour atteindre les marchés lointains. Les petites entreprises ont des difficultés à atteindre les marchés lointains: plus de 40% des PME exportent vers un seul pays et principalement au sein de l'Union Européenne.

Une restructuration des industries pourrait améliorer significativement notre capacité à exporter.

D'après le chercheur, différentes solutions s'offrent au secteur:

favoriser l'agrandissement des firmes de taille moyenne, et leur permettre ainsi d'être plus résistantes en cas de crise;

mettre en réseau les PME: en France, dans le secteur des viandes, 75% des firmes sont indépendantes contre 32% en Allemagne. Or les performances à l'exportation sont plus élevées pour les entreprises appartenant à un groupe ou possédant des intermédiaires (grossistes et détaillants);

améliorer l'efficacité de la R&D. Bien que les dépenses et les effectifs en R&D aient augmenté dans les IAA des filières animales, leur productivité stagne.

 Il faut également soutenir les petites firmes à forte valeur ajoutée, en parallèle des grandes firmes, en leur créant un environnement favorable: un meilleur accès au crédit par exemple, conclut Carl Gaigné.

Aller plus loin :
Compétitivité internationale des industries agroalimentaires françaises des filières animales
La compétitivité des filières agroalimentaires: une notion relative aux déterminants multiples
L'observatoire financier des entreprises agroalimentaires françaises
Le paradoxe de la filière viande bovine française

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.