La référence technique au service des éleveurs

Projet Prolific

Un gène du tissu adipeux en cause dans l’infertilité des vaches laitières

Dans le cadre du projet européen Prolific, des scientifiques ont identifié un gène du tissu adipeux qui pourrait être impliqué dans la baisse de fertilité des vaches laitières ayant les meilleures productions de lait, comme les prim’holstein. © N. Chemineau/Pixel Image

La vache laitière, dont la capacité d’ingestion après le vêlage est insuffisante pour couvrir les besoins énergétiques de début de lactation, doit puiser dans ses réserves corporelles, principalement son tissu adipeux. Or, chez les vaches laitières qui présentent les meilleures productions de lait, la balance énergétique négative a une forte incidence sur leur capacité à se reproduire. La fonte massive du tissu adipeux conduit en effet à une augmentation de la concentration des acides gras libres dans le sang qui est néfaste pour les fonctions ovariennes et pour la qualité des ovocytes.
 

Une meilleure compréhension de certaines infertilités

Dans le cadre du projet européen Prolific1, des scientifiques de l’Inra associés aux chercheurs de l’université d’Uppsala en Suède viennent de franchir une étape dans la compréhension des interactions entre métabolisme et reproduction chez la vache.
Dans un communiqué, l’Inra indique que les scientifiques ont notamment identifié un gène du tissu adipeux qui pourrait être impliqué dans la baisse de fertilité des vaches laitières ayant les meilleures productions de lait, comme les prim’holstein. Leurs  travaux ont confirmé l'altération de l'expression de gènes liés au métabolisme des lipides. 
 
Les scientifiques ont également démontré la capacité d’une protéine (CCL21) à modifier in vitro la prolifération et la sécrétion de progestérone des cellules ovariennes bovines. Ainsi, CCL21, exprimée par le tissu adipeux puis secrétée dans la circulation sanguine, pourrait être impliquée dans la régulation endocrine de la fonction ovarienne. Ses variations pourraient contribuer à expliquer certaines infertilités associées à des troubles métaboliques.
Selon le communiqué, les scientifiques s’intéressent actuellement à l’importance de CCL21 plasmatique dans les anomalies de cyclicité ovarienne et aux échecs précoces de gestation chez la vache laitière.
 
 
1 Le projet européen Pluridisciplinary study for a RObust and sustainabLe Improvement of Fertility In Cows(Prolific) a impliqué 13 partenaires publics ou privés de 8 pays (Danemark, Espagne, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède).
 
 

 
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.