La référence technique au service des éleveurs

Conjoncture laitière

Une production mondiale en hausse en 2020 malgré la pandémie

Publié le 17/11/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER
Le prix du lait en baisse par rapport à 2019. ©DR

Malgré un contexte perturbé par la pandémie, la production laitière a augmenté depuis 2020. Dans les principaux bassins exportateurs mondiaux, sur les neuf premiers mois, la collecte progresse ainsi de 1,2 % dans l’Union européenne, de 1,5 % aux États-Unis et de 0,4 % en Nouvelle-Zélande. 
La production laitière en France présente une très légère croissance de 0,2 % depuis le début de l’année 2020. Mais sur la période la plus récente, au cours des dernières semaines du mois d’octobre, la collecte hebdomadaire présente un recul de 1 à 2 % par rapport à l’année précédente.

Prix du beurre stable autour de 3 300 €/t

Les cours des produits laitiers industriels ont connu une évolution assez chaotique au cours du premier trimestre. Les mesures prisent pour endiguer la pandémie, ont perturbé à partir du mois de mars l’équilibre des marchés et induisent une baisse brutale des cours. Ensuite, courant mai, après le pic printanier de production laitière, les prix des produits laitiers industriels ont de nouveau progressé, mais depuis cet été, le prix du beurre est stable autour de 3 300 €/t. En revanche, le prix de la poudre de lait écrémée, augmente faiblement pour se situer un peu au-dessus de 2300 €/t. 

Un prix du lait en baisse

Selon l’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était au mois d’août 2020 de 333 €/1 000 l, il se situe 11 € en dessous du prix du lait en 2019. 
La situation actuelle est moins favorable que le scénario escompté en début d’année 2020 avant que la pandémie se manifeste. Pour autant, la conjoncture n’est pas dégradée comme elle le fut autour des années 2015 et 2016. Il n’y a pas de stock à l’intervention, il n’y a pas de menaces à court terme de forte baisse des prix sur les marchés internationaux.
La situation actuelle se caractérise surtout par une grande incertitude compte tenu de la crise économique en devenir qui rend imprévisible l’évolution des marchés au cours des prochains mois. 

Benoît Royer, directeur des affaires économiques du Cniel, fait le point sur la conjoncture laitière du mois de novembre :

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site