La référence technique au service des éleveurs

FNPL

Vers un nouvel indicateur de valorisation du prix du lait à l'export

Publié le 22/09/2020 par Hélène Flamant dans
La FNPL travaille à l'élaboration d'un nouvel indicateur de valorisation du prix du lait à l'export. ©Photoagriculture/AdobeStock

Après l'indicateur de valorisation beurre/poudre et celui prenant en compte le prix de revient des producteurs de lait pour le marché intérieur, la FNPL travaille désormais à l'élaboration d'un nouvel indicateur de valorisation du prix du lait à l'export.

En France, le mix produit de la laiterie est constitué de 60 % de Produits de grandes consommations (PGC) à destination du marché intérieur, de 20 % des produits industriels (beurre/poudres) et de 20 % de PGC destinés à l’exportation. Il y a un an, seul l’indicateur de valorisation beurre/poudre existait et concernait 20 % des volumes (produits industriels).

Le travail de la FNPL dans le cadre du plan de filière France Terre de lait et de la loi Egalim, a permis de mettre sur pied un second indicateur, prenant en compte le prix de revient des producteurs de lait pour le marché intérieur (soit 60 % des volumes). Il reste aujourd’hui 20 % des volumes (PGC export) dont l’indicateur de valorisation est réducteur, l’indicateur de prix allemand. La commission économie de la FNPL s’est emparée du sujet afin d’entamer une expertise sur l’équitabilité et la pertinence de cet indicateur.

En se basant sur les données d’exportations transmises par le CNIEL sur la quantité et la valeur des produits, on s’aperçoit, après conversion en équivalent lait, que la valeur pondérée des produits dédiés à l’export est largement supérieure à l’indicateur de prix allemand utilisé, indique la FNPL dans une communication. De plus, depuis la fin des quotas laitiers, l’Allemagne a accru sa production de près de 600 M de litres, au détriment du prix. Le contrôle des volumes a donc un coût qui devrait pouvoir être inscrit dans la valorisation à l’export.  

L’objectif de la FNPL est d’élaborer un nouvel indicateur au sein de l’interprofession, qui réponde, dans le même temps, au passage du plan de filière France Terre de lait : « Changement radical du mode de négociations commerciales avec un objectif de répartition de la valeur ajoutée plus équitable. »

Le rapport mensuel de l’observatoire laitier européen place la France dans le top 5 des exportateurs depuis le début de l’année 2020. Il précise qu’au cours des six premiers mois de l’année, les volumes et la valeur d’exportations des produits laitiers ont augmenté de 5,1%. Ces résultats encourageants ne peuvent être que salués et démontrent l’intérêt de travailler à faire évoluer cet indicateur, souligne Daniel Perrin, secrétaire général de la FNPL.

Retrouvez la note complète de la FNPL.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site