La référence technique au service des éleveurs

cultures

Arvalis

Les premières récoltes de maïs fourrage vont démarrer au 25 août

Publié le 18/07/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
Arvalis propose la carte des dates prévisionnelles de début des récoltes des maïs fourrage établie le 12 juillet 2019. ©Arvalis

Selon Arvalis, les premiers maïs fourrages seront récoltés à partir du 25 août dans les régions les plus précoces. L’institut matérialise ses données sur une

Gnis

De l’intérêt des plantes de service

Le Gnis propose deux réglettes pour choisir et caractériser les plantes compagnes encore appelées plantes de service, engrais verts ou cultures intermédiaires multi-services.

Le Gnis détaille les atouts des plantes compagnes, des engrais verts ou des cultures intermédiaires multi-services et annonce la sortie de deux réglettes pour raisonner le choix des espèces pour les cultures intermédiaires et les cultures dérobées à vocation fourragère.

Pyrale et maïs fourrage

La lutte 2020 s'organise dès maintenant

Publié le 24/06/2019 par Hélène Flamant dans
Forte pression de pyrale sur maïs fourrage avant récolte : perte de rendement liée à la casse de tige et à la chute d’épis. ©DR

Après une phase d’implantation difficile cette année (températures froides, ravageurs…), avec parfois des peuplements revus à la baisse, Arvalis-Institut du végétal recommande une vigilance accrue vis-à-vis de la pyrale du maïs.

Gnis

L’intérêt des légumineuses revisité

Publié le 12/06/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
Les légumineuses, rappelle le Gnis, sont toujours appréciées par les animaux.

Les légumineuses, de plus en plus introduites dans les mélanges fourragers, nécessitent de bien les connaître pour les choisir à bon escient. Le Gnis rappelle leurs principales caractéristiques.  

Luzerne

Un refuge de choix pour la biodiversité

Selon l'étude menée par Coop de France Déshydratation, les populations d’oiseaux, de papillons ainsi que la production de miel sont très nettement supérieures dans les champs de luzerne aménagées (de 2 à 10 fois plus d’oiseaux des plaines et de papillons et des ruches 2 fois plus productives). Photo : DR

Une étude du Muséum National d’Histoire Naturelle a montré que les populations d’oiseaux et de papillons étaient de 2 à 10 fois plus nombreuses dans un champ de luzerne que dans une céréale voisine. Plante pérenne, la luzerne est un refuge de choix pour toute la biodiversité, la macro comme la micro faune.

Ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou

De l'intérêt des prairies sous couvert

Publié le 20/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
La Ferme de Thorigné d'Anjou expérimente depuis 2011 la technique des prairies sous couvert. ©Guihard/Pixel6TM

Expérimentées depuis huit ans en Maine-et-Loire, les prairies sous couvert répondent bien aux attentes affichées, à savoir sécuriser l’installation des prairies. D’autres avantages ont aussi été remarqués.

Gnis

Favoriser les « bonnes espèces fourragères »

Publié le 16/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
La présence d'adventices doit être contenue. ©GNIS

Le Gnis rappelle toutes les conditions et les mesures nécessaires pour avantager les plantes fourragères productives, appétentes, riches en valeur alimentaire et condimentaires

Prairies et changement climatique

Siclex simule des climats extrêmes

Le Simulateur de climat extrême, qui associe plusieurs équipements dont un abri mobile, doit permettre de concevoir des prairies semées multifonctionnelles résistantes aux contraintes climatiques. ©Inra-Eric Roy

Dans le monde, les prairies représentent 70 % de la surface agricole utile. Bénéfiques à l’environnement et sources d’autonomie pour les éleveurs, elles pourraient permettre à l’agriculture de relever le défi de l’adaptation au changement climatique. Mais comment les prairies réagiront-t-elles face au manque d’eau, combiné à des températures et des teneurs en CO2 plus élevées ?

Gnis

Quelques règles simples de pâturage

Publié le 03/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
Bien gérer le pâturage se décline en quelques règles édictées par le Gnis.

En six chapitres, le Gnis rappelle les règles de bonnes pratiques en pâturage. Le fourrage récolté directement par l’animal permet de dégager les meilleures marges sur les coûts alimentaires à condition d’assurer "un pâturage de qualité, c’est-à-dire à la fois en termes d’appétence et de valeurs alimentaires.

Pages