La référence technique au service des éleveurs

cultures

Luzerne

Un refuge de choix pour la biodiversité

Selon l'étude menée par Coop de France Déshydratation, les populations d’oiseaux, de papillons ainsi que la production de miel sont très nettement supérieures dans les champs de luzerne aménagées (de 2 à 10 fois plus d’oiseaux des plaines et de papillons et des ruches 2 fois plus productives). Photo : DR

Une étude du Muséum National d’Histoire Naturelle a montré que les populations d’oiseaux et de papillons étaient de 2 à 10 fois plus nombreuses dans un champ de luzerne que dans une céréale voisine. Plante pérenne, la luzerne est un refuge de choix pour toute la biodiversité, la macro comme la micro faune.

Ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou

De l'intérêt des prairies sous couvert

Publié le 20/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
La Ferme de Thorigné d'Anjou expérimente depuis 2011 la technique des prairies sous couvert. ©Guihard/Pixel6TM

Expérimentées depuis huit ans en Maine-et-Loire, les prairies sous couvert répondent bien aux attentes affichées, à savoir sécuriser l’installation des prairies. D’autres avantages ont aussi été remarqués.

Gnis

Favoriser les « bonnes espèces fourragères »

Publié le 16/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
La présence d'adventices doit être contenue. ©GNIS

Le Gnis rappelle toutes les conditions et les mesures nécessaires pour avantager les plantes fourragères productives, appétentes, riches en valeur alimentaire et condimentaires

Prairies et changement climatique

Siclex simule des climats extrêmes

Le Simulateur de climat extrême, qui associe plusieurs équipements dont un abri mobile, doit permettre de concevoir des prairies semées multifonctionnelles résistantes aux contraintes climatiques. ©Inra-Eric Roy

Dans le monde, les prairies représentent 70 % de la surface agricole utile. Bénéfiques à l’environnement et sources d’autonomie pour les éleveurs, elles pourraient permettre à l’agriculture de relever le défi de l’adaptation au changement climatique. Mais comment les prairies réagiront-t-elles face au manque d’eau, combiné à des températures et des teneurs en CO2 plus élevées ?

Gnis

Quelques règles simples de pâturage

Publié le 03/05/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
Bien gérer le pâturage se décline en quelques règles édictées par le Gnis.

En six chapitres, le Gnis rappelle les règles de bonnes pratiques en pâturage. Le fourrage récolté directement par l’animal permet de dégager les meilleures marges sur les coûts alimentaires à condition d’assurer "un pâturage de qualité, c’est-à-dire à la fois en termes d’appétence et de valeurs alimentaires.

GNIS

Sursemis : d'abord évaluer la situation

Publié le 29/04/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
Le sursemis demande de bonnes conditions pour semer et une surveillance ensuite  de la concurrence de la flore déjà installée.

Face aux pratiques de sursemis qui ont déçu certains éleveurs, le Gnis revient sur cette technique qui permet d’installer une nouvelle prairie avec un minimum de travail et de coût.

Betterave fourragère

Des semences activées pour des levées homogènes

L'ADBFM rappelle que les semences activées de betterave fourragères facilitent, grâce à une levée homogène, le désherbage et la récolte. Photo : ©M.Barbier/Pixel6TM.

Déjà répandues en betteraves sucrières, les semences activées représentent une part significative et croissante du marché en betteraves fourragères.

Mise à l’herbe

Le déprimage, une technique qui prime

Publié le 19/03/2019 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Le déprimage consiste à faire pâturer l’herbe avant le stade épi 10 cm sur les parcelles en herbe.

La reprise de la végétation des prairies est une période importante pour assurer la qualité du fourrage. D’après le Gnis, un déprimage de l’herbe avant l’hiver peut permettre d’augmenter la quantité et la qualité du fourrage. Cependant, il faut prendre quelques précautions pour ne pas abîmer les prairies. 

Pages