La référence technique au service des éleveurs

cultures

GNIS

Réussir son semis ou son sursemis de prairies

Publié le 23/07/2018 par Hélène Flamant dans
 Il faut vérifier fréquemment la profondeur de semis. Photo : DR

Chacun est convaincu de l’intérêt de ressemer les prairies pour une productivité accrue, une qualité maximale et une saisonnalité adaptée à ses besoins. Des outils d’aide à la décision – réglette du Gnis, les www.prairies-gnis.org ou www.herbe-book.org  – sont en libre accès. Il reste ensuite à réussir l’implantation. Voici les conseils de Bruno Osson, du Gnis.

Semences fourragères

Quatre étapes pour créer une nouvelle variété

Des échantillons sont réalisés à la récolte afin de déterminer la teneur en eau et la valeur alimentaire. Photo : S. Bot/ATC

Les sélectionneurs mettent une douzaine d’années pour créer une nouvelle variété de graminée fourragère. La sélection compte différentes étapes : la pépinière, le clone, le polycross et les essais en parcelle.

Floraison du maïs fourrage

Les clés pour récolter au bon stade

La floraison du maïs n’est pas forcément celle qu’on croit : c'est la floraison femelle qui correspond à l’apparition des soies à la pointe des épis.

La floraison, correspondant à la sortie des soies, est le premier indicateur de la précocité de la culture. Connaître la date de floraison permet d’anticiper la date de récolte des maïs fourrage. Compte-tenu des conditions très variables de l’année, une attention toute particulière est requise. Et puisque chaque cas est particulier, il est recommandé de noter la floraison.

Pâturage tournant dynamique

"Les vaches sont motivées à sortir"

Publié le 26/06/2018 par Hélène Flamant dans
"Je gère l’herbe à l’œil. Je laisse les vaches 1 à 3 jours par paddock selon la pousse de l’herbe", indique Mathieu Orbion, associé au Gaec des Terres Froides.

L’herbe pâturée reste le fourrage le plus économique. Bien qu’ancienne, la pratique du pâturage tournant est aujourd’hui de nouveau mise en avant. Éleveur bio dans la Meuse, Mathieu Orbion a testé la technique pour la première fois en 2017.

Conduite des prairies

GrassMan, un outil digital collaboratif

Publié le 04/06/2018 par Marie Dominique GUIHARD
La présentation de l'outil GrassMan s'est effectué au Salon de l'herbe en présence des équipes de l' Institut de l'élevage, Mas Seeds, Jouffray Drillaud et le concepteur de l'outil.

L’Institut de l’Élevage, MAS Seeds et Jouffray-Drillaud se sont associés pour créer un outil multifonctions pour gérer la prairie du semis à la récolte.

Binage du maïs

Le passage adapté aux adventices dominantes

Selon que la flore adventice dominante est dicotylédones ou graminées, la stratégie de binage va évoluer d'assez tardif dans le premier cas à précoce dans le second.

Dans un communiqué de presse du 25 mai 2018, Arvalis-Institut du végétal décrit comment réussir le binage dans les programmes de désherbage du maïs grains et fourrage. L’institut technique rappelle dans un premier temps :

Maïs

Bien estimer les doses d'azote à apporter

L'ajustement de la dose d'engrais azotés à la parcelle passe par un calcul des besoins en azote du maïs et des fournitures totales en azote du sol.

Dans ses informations techniques de saison, Arvalis-Institut du végétal fait un rappel sur l’ajustement de la dose d’engrais azoté à apporter au maïs.

Désherbage du maïs fourrage

Le plus tôt est le mieux !

Publié le 07/05/2018 par Hélène Flamant dans
Désherbage trop tardif en maïs fourrage sur flore dicot : la concurrence est très visible (maïs plus court et carencé en azote) par rapport au témoin à droite.

Comme toutes les cultures d’été, le maïs fourrage est particulièrement sensible à la concurrence des adventices. Selon la nature et la densité de la flore, la nuisibilité mesurée peut aller jusqu’à 80 % du rendement. Voici les recommandations d'Arvalis-Institut du Végétal.

INRA Lusignan

Sécuriser son système fourrager en été

Le sorgho, culture d'été moins sensible au déficit en eau que le maïs, permet de constituer des stocks fourragers pour faire face à la sécheresse estivale.

Les expérimentations menées à l'Inra de Lusignan depuis une dizaine d'années montrent l'intérêt de diversifier les fourrages pour sécuriser le système fourrager des exploitations laitières, particulièrement en période estivale. Les résultats ont été présentés lors des Journées de printemps de l'AFPF, en mars dernier.

Fertilisation du maïs fourrage

Jusqu'à 80% des besoins couverts par les effluents

Plus de 80 % des parcelles de maïs fourrage reçoivent une fumure organique : un intérêt économique et environnemental appréciable.

Dans un contexte où la recherche de la compétitivité est au coeur des préoccupations des éleveurs, les effluents d’élevage s’avèrent précieux pour maîtriser les charges de fertilisation du maïs fourrage. Voici les recommandations d’Arvalis-Institut du

Pages