La référence technique au service des éleveurs

cultures

Perel

Un site dédié à l'autonomie fourragère en élevage

Les chambres d'agriculture des Pays de la Loire, l'Institut de l'élevage, Arvalis, les contrôles de performances et les Cuma sont mobilisés autour du projet Perel. Photo : DR.

Les chambres d’agriculture des Pays de la Loire viennent de mettre en ligne le site www.perel.paysdelaloire.chambagri.fr dédié à la recherche d’autonomie fourragère en élevage ruminant (bovins, ovins, caprins)…

Amendements calcaires

Le chaulage accroît le rendement des prairies

Le pouvoir fertilisant des engrais azotés est largement amélioré sur une parcelle chaulée. Photo : D. Bodiou/Pixel image

L’apport de chaux permet d’augmenter les rendements des prairies permanentes. Tel est l’enseignement d’une étude menée par le centre de recherche et de formation Agra-Ost, à l’est de la Belgique. Ce dernier a mesuré le rendement et le pHKCI de la parcelle, avec ou sans chaulage, d’une année précise, afin de montrer l’effet du traitement en fonction du pH de départ.

Semis sous plastique Samco

Avancer la maturité du maïs en zone froide

80% des surfaces de maïs sous plastique sont semés dans le quart nord-ouest de la France. Photo N. Tiers/Pixel image
Le semis de maïs sous plastique, développé en France par la société irlandaise Samco, représentera en 2015 environ 7000 ha.

Qualité sanitaire des céréales

L’ergot, un champignon toujours d’actualité

Le seigle et le triticale sont les graminées les plus sensibles à l'ergot. Photo: M. Lecourtier/Pixel image

Toxique pour les animaux, l’ergot de seigle est limité par la loi à 1 gramme de sclérotes par kilo de céréales non moulues pour la consommation animale. À partir d’une certaine quantité, l’ergot de seigle a des effets sur la croissance, la reproduction et la lactation des bovins.

Prairies multi-espèces

Jouffray-Drillaud lance la gamme "M-Les Mélanges"

La nouvelle gamme « M-Les Mélanges » compte une dizaine de compositions spécifiques. Photo : coco-fotolia

Le semencier Jouffray-Drillaud lance une nouvelle gamme : M-Les Mélanges. Grâce à sa collaboration scientifique avec l’Inra et Arvalis, la société propose aux éleveurs l’implantation de prairies multi-espèces dont « les performances quantitatives et qualitatives sont reconnues ».

Concours prairies

Vers l’autonomie protéique avec la luzerne

Chaque année à l’occasion du Concours prairies, des centaines d’étudiants en BTS réfléchissent à l’amélioration des systèmes fourragers dans des cas concrets d’exploitations agricoles. Photo : Gnis.

Gérard Lagrange, naisseur-engraisseur de limousines à Saint Priest Ligoure (Haute-Vienne), recherche avant tout l’autonomie alimentaire et protéique de son exploitation. Dans le cadre du Concours prairies du Gnis en 2013-2014, deux étudiants ont réfléchi avec lui à la manière d'atteindre cet objectif.

Bassin allaitant charolais et limousin

Deux prairies "idéales" en pâture et fauche bio

Dans un essai qui a duré 4 ans (2009-2012), six prairies multi-espèces ont été testées en grandes parcelles de 160 m2 et pâturées par 21 vaches limousines et leurs veaux. Photo P. Pelletier Arvalis

Depuis 2000, avec sa conversion partielle à l'agriculture biologique, la Ferme expérimentale des Bordes dans l'Indre a conduit des essais afin d'évaluer les prairies multi-espèces pour une utilisation en fauche ou en pâturage.

Date N'Prairie

Positionner le 1er apport d'azote au plus juste

Les travaux conduits par l’ITCF dans les années 1980 ont montré que l'apport d'azote sur des prairies à base de graminées à une date correspondant à une somme de températures de 200°C (base 0°C) depuis le 1er janvier était le meilleur compromis. Photo : N.Tiers/Pixel Image

Pour aider les agriculteurs à piloter au mieux la fertilisation de leur prairie, Arvalis-Institut du Végétal a mis au point Date N'Prairie, un outil gratuit en accès libre sur ordinateur, tablette et smartphone, qui permet de positionner au plus juste la date du premier apport d'azote sur prairies à base de graminées.

Betterave fourragère

La betterave c'est bon, à croquer ou au couteau !

Les vaches peuvent consommer les betteraves entières, ou en morceaux grâce à des distributrices hacheuses. Photo : N. Tiers/Pixel image
La betterave fourragère peut être arrachée au champ par les vaches et croquée entière sur place. C'est aussi une production 100% mécanisable jusqu'à l'auge des vaches.

Jouffray-Drillaud

Les prairies multi-espèces vont se développer

Les trois fonctions qu'une prairie multi-espèces doit assurer sont la production, la qualité nutritionnelle et l'aptitude au pâturage. Photo Jouffray-Drillaud

Les prairies multi-espèces, composées au minimum de trois espèces de graminées ou légumineuses, devraient se développer à l'avenir dans les exploitations d'élevage.

Pages