La référence technique au service des éleveurs

santé-alimentation

Gestion de la qualité de l'herbe

Qu'en est-il au stade trois feuilles ?

Publié le 03/04/2019 par Marie Dominique GUIHARD dans
La méthode des trois feuilles et l’herbomètre sont des outils de gestion différents du pâturage tournant dynamique./©Caveb

Dans le cadre du projet européen Life, 120 élevages ont testé la méthode de pâturage tournant dynamique Herby® dans la gestion de la qualité de l’herbe en pâturage tournant dynamique en utilisant l’herbomètre et la méthode du stade trois feuilles.
 

Alimentation au pâturage

Ne pas négliger la complémentation minérale

L'apport d'une complémentation minérale est recommandée en période de déséquilibre saisonnier, en particulier au moment de la mise à l'herbe. Photo :  ©P.Dureil/Cniel

Le printemps est là, les vaches vont bientôt rejoindre leur pâture, certaines profitent déjà de l'herbe printanière. Pour contrer les effets de l’herbe jeune, la complémentation en minéraux est indispensable.

Santé animale

Un indicateur pour évaluer les bénéfices du pâturage

La longévité des animaux progresse avec l'indice de pâturage et la mortalité périnatale se réduit.

La Fédération de éleveurs et vétérinaires en convention (Fevec) a mis au point un indice de pâturage, dans le but de qualifier objectivement le système d’élevage en fonction de la part d’herbe pâturée dans l’alimentation annuelle des troupeaux.

Cultiver sa rentabilité - LG

Trois critères pour choisir ses variétés de maïs

Stéphane Leullier choisi ses variétés de maïs en fonction des UF, de la digestibilité et de la vigueur de départ.
Dans ce nouvel épisode de "Cultiver sa rentabilité", cap sur la Somme chez Stéphane Leullier...

Question de santé spécial boiteries #3

Prévenir les dermatites digitées

Au Gaec de la Coudre, l'audit boiterie est privilégié pour anticipé la maladie.
Pour ce troisième épisode de « Question de santé » spécial boiteries, faisons un arrêt en Loire-Atlantique (44). Au Gaec de la Coudre...

Ostéopathie bovine

Soigner le corps par le corps

Yohan Guérin, ostéopathe animalier estime que les éleveurs sont de plus en plus ouverts à cette pratique.

Face à une vache qui ne se lève plus, les éleveurs peuvent se sentir démunis. Dans ce cas, certains se tournent vers l’ostéopathie, une pratique de plus en plus utilisée sur les bovins. Pour accompagner les éleveurs, des formations sont dispensées par des ostéopathes qualifiés via les chambres d’agriculture et les Groupe de défense sanitaire (​GDS).

Pesée automatique de bovins

Des tests encourageants en Centre-Val de Loire

Avec l'outil PM 6000, l’enregistrement des poids des bovins s’effectue automatiquement grâce à la boucle électronique que possède chaque animal.

Est-il opportun de réaliser des pesées automatiques de bovins ? Il semblerait que oui d’après des tests démarrés dans le Cher. Des pesées automatiques sans présence humaine ont été effectuées par Bovins Croissance du Centre-Val de Loire en 2018.
 

Médecines alternatives ou « complémentaires »

Des méthodes de soin pas si anodines

Les huiles essentielles peuvent s’utiliser en voie cutanée, respiratoire, utérine, oculaire et orale.

Dans le cadre du plan Ecoantibio, les médecines douces, dites « complémentaires » (homéopathie, phytothérapie, aromathérapie), suscitent l’intérêt de nombreux éleveurs bovins qui voient en elles des méthodes de soin faciles à mettre en œuvre et sans risque.

Parasitisme interne des bovins au pâturage

« Le but, c’est de ne pas avoir à soigner »

« Pour gérer au mieux le parasitisme interne lié au pâturage, il faut connaître ses parcelles, les améliorer, bien gérer le pâturage, bien observer. On accumule l’expérience avec les années », confie Jean-Pierre Bailly.

Si le pâturage offre une nourriture de qualité à moindre coût, il a un inconvénient majeur : les bovins au pâturage sont soumis à un certain nombre de parasites internes : les strongles gastro-intestinaux, les strongles respiratoires, la grande douve, le paramphistome.

Bien démarrer les génisses laitières

Les conseils de Débora Sanstchi, nutritionniste canadienne

Publié le 20/12/2018 par Marie Dominique GUIHARD dans
Des éleveurs d’Ille-et-Vilaine ont participé avec intérêt à l’atelier de la canadienne Déborah Santschin.

Au Canada, l’élevage des veaux n’est pas si différent de celui pratiqué dans l’Hexagone. Débora Sanstchi est venue l’expliquer à des éleveurs invités par Eilyps, entreprise de conseil en élevage d’Ille-et-Vilaine. 

Pages