La référence technique au service des éleveurs

broutard

Massif Central

Les éleveurs bovins appelés à retenir les broutards en ferme

Publié le 13/10/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Les éleveurs bovins du Massif Central appelés à retenir les broutards en ferme. ©Oleksiy Drachenko/AdobeStock

Les éleveurs de races à viande du Grand Massif Central appellent à retenir au maximum les broutards en ferme. En effet, depuis plusieurs semaines, ils observent une baisse constante du prix de ventre des broutards décorrélée des réalités du marché. 
 

Conjoncture viande française

Les cours des jeunes bovins sont toujours à la peine

Publié le 13/07/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Les cours des jeunes bovins sont toujours à la peine. CP : Friedberg/Adobe Stock

L’Institut de l’élevage a analysé les derniers résultats du panel IRI sur la consommation alimentaire en France : « Le déconfinement n’a pas mis fin à la hausse des achats en GMS : en phase une du déconfinement, les achats restaient en hausse de plus de 10 %, reconnaît Caroline Monniot, chef de projet conjoncture bovins viande. En revanche, depuis le début de la phase 3 du déconfinement, soit le 22 juin, nous observons que la consommation se stabilise. »

Conjoncture viande Europe

Bovins vifs : le Moyen-Orient comme nouveau débouché ?

De nouveaux débouchés pour les bovins vifs au Moyen-Orient ? CP : H.Grare/Terroir Est

En 2019, la France et les pays de l’Union européenne ont continué d’exporter des animaux vivants vers l'Europe et vers les pays tiers. Désormais, les destinations se diversifient dans les pays du Moyen-Orient.  

Conjoncture viande

Les cours des broutards se maintiennent

Publié le 11/05/2020 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Malgré l’épidémie de Covid-19, les cours des broutards se maintiennent. CP : C.Lamy-Grandidier/Pixel6TM

À l’inverse du marché des gros bovins et des veaux de boucherie, celui des broutards français se maintient du fait d’une offre limitée et d’un marché italien qui reste dynamique. Néanmoins, les cours restent en dessous de ceux de 2019 pour la plupart des catégories.

Conjoncture viande bovine

Les marchés chahutés par le confinement

Dans les GMS, le confinement est favorable au secteur du frais comme à celui du surgelé. CP : François Pierrel.

Rares sont les produits de viande bovine à sortir leur épingle du jeu durant ce confinement... L’Institut de l’élevage fait le point.

Prévisions viande bovine 2018

Une nouvelle baisse des sorties de taurillons

Le recul global de la production de viande bovine en France en 2018 découlera notamment de la baisse des volumes de taurillons abattus.

Le repli de production de viande bovine enregistré en France en 2017 devrait se poursuivre en 2018, sont les prévisions élaborées par le GEB-département de l'économie de l’Institut de l’élevage.

Viande bovine

Toujours les mêmes contradictions

Grand Angle viande organisé à Paris le 7 novembre 2017 a relevé les contradictions que subit la filière viande en matière d'objectifs commerciaux. Lors du Grand Angle viande à Paris le 7 novembre, l’Institut de l’élevage a rappelé les enjeux et les compromis à réaliser. Il semblerait que l’on a atteint des limites en alourdissement des vaches et des jeunes bovins. Ce qui ne peut que satisfaire une partie de l’aval de la filière. Photo : DR

Le 7 novembre 2017, Grand Angle Viande organisé par l’Institut technique de l’élevage à Paris a souligné d’emblée les paradoxes que vit encore  la filière viande bovine.

Prévisions 2016

La production de viande bovine attendue en hausse

Le rebond de production de viande bovine en France découlera surtout d'un afflux de femelles laitières. Photo : DR

Le rebond de production de viande bovine enregistré en France en 2015 devrait s’intensifier en 2016, sont les prévisions élaborées par le GEB-département de l'économie de l’Institut de l’élevage. La production française de bovins finis devrait augmenter d’un peu plus de 1 % cette année, à 1,52 million de tonnes équivalent carcasse (téc), après une hausse de 2,5 % l’an passé.

Premier semestre 2016

La production de bovins prévue en baisse de 1,4%

La hausse de production de gros bovins en France au premier semestre 2016 découlera notamment d'une progression des abattages de vaches. © Unclesam/Fotolia

Au premier semestre 2016, avec près de 2,9 millions de têtes, la production totale de bovins en France est attendue en retrait de 1,4% par rapport à 2015 à la même période, indique le ministère de l’Agriculture dans une publication

Prévisions 2015

Viande bovine: le rebond de production se confirme

Le rythme des réformes laitières se poursuivra au moins jusqu’à la fin des quotas laitiers. Photo : C. HELSLY/CNIEL

Le rebond de production de viande bovine enregistré en France au second semestre 2014 devrait s’intensifier en 2015, selon les prévisions élaborées par le GEB-département de l'économie de l’Institut de l’élevage. La production française de bovins finis devrait augmenter de 4 % cette année, à 1,52 million de tonnes équivalent carcasse (téc), après une hausse de 1 % en 2014.

Pages

Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site