La référence technique au service des éleveurs

croisement laitier

Croisement laitier

Croiser pour tendre vers son troupeau idéal

"Croiser, c’est aussi pour moi se réapproprier la sélection et le plan d’accouplement", Hervé Léal, éleveur dans le Finistère. Photo : A.Cotens/Pixel Image.

Fortement utilisé aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas, le croisement laitier reste marginal en France mais connaît un regain d’intérêt. En 2015, les croisements représentaient 1,5% des IA premières, en croissance de 30 à 40 % par rapport à 2010.

Accouplements

Le croisement bovin laitier reste très minoritaire

Le croisement bovin laitier se développe, mais reste très minoritaire. Pour les IA premières (premier choix de l’éleveur), seulement 0,6% sont en croisement avec une autre race laitière. 86,7% sont en race pure prim’holstein. Photo : CNIEL

Le croisement laitier consiste à accoupler des femelles d'une race laitière ou des femelles croisées de type laitier à des taureaux d'une autre race laitière pour produire des femelles qui seront élevées dans le troupeau pour la production et la reproduction.