La référence technique au service des éleveurs

herbe

Machinisme

Agram dévoile ses nouvelles faucheuses pendulaires

Publié le 06/05/2019 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
La jet-cut 2000 lift fait partie de la nouvelle gamme de faucheuses pendulaires "premium" de la marque Agram. ©DR

Pour succéder à sa gamme "standard", Agram propose Lift, sa nouvelle gamme de faucheuses pendulaires "premium".

GNIS

Observer sa prairie pour prendre les bonnes décisions

Publié le 04/04/2019 par Hélène Flamant dans
Un vide trop grand laisse la place aux adventices. Il convient de sursemer. Photo : ©Gnis.

Diagnostiquer sa prairie n’est pas chose facile si on n’a pas un fil directeur d’observation et de réflexion. Le Gnis apporte ses recommandations pour améliorer sensiblement ses prairies. Une opération facile et bien souvent peu coûteuse.
 

Mise à l’herbe

Le déprimage, une technique qui prime

Publié le 19/03/2019 par Claire LAMY GRANDIDIER dans
Le déprimage consiste à faire pâturer l’herbe avant le stade épi 10 cm sur les parcelles en herbe.

La reprise de la végétation des prairies est une période importante pour assurer la qualité du fourrage. D’après le Gnis, un déprimage de l’herbe avant l’hiver peut permettre d’augmenter la quantité et la qualité du fourrage. Cependant, il faut prendre quelques précautions pour ne pas abîmer les prairies. 

Systèmes herbagers

Maximiser la production d'herbe

La place du système fourrager a une importance capitale dans les systèmes économes et autonomes en intrants.
Dans les exploitations économes et autonomes en intrant, la valorisation de l’herbe dans la ration des vaches laitières est une pièce maîtresse dans la construction de l’autonomie.

Systèmes d'élevage

Devenir économe et autonome

Les exploitations les plus économes et autonomes en intrants, sont plus fréquentes dans le Grand Ouest et dans l’Est de la France.
Connaissez-vous les exploitations économes et autonomes en intrants ? Avec un système de production fondé sur le pâturage de prairies temporaires d’association graminées-légumineuses, elles sont à rebours des tendances prédominantes. 

Filières animales

Sur le chemin de l'autonomie protéique

Photo : H.Flamant/Terroir Est.

La région Grand Est aurait de quoi fournir les filières animales en protéines.

Prairies permanentes

La pousse d’herbe en déficit après l’été sec et chaud

La production cumulée d’herbe est désormais déficitaire dans la moitié des régions françaises.

 
Au 20 septembre 2018, la pousse cumulée des prairies permanentes devient déficitaire au plan national, selon les dernières estimations du ministère de l’Agriculture. Elle est en retrait de 15 % par rapport à la pousse de référence.

Observatoire des rations

Les systèmes d'alimentation évoluent

La forte autonomie alimentaire des élevages laitiers est une des particularités de la France. Quel que soit le type de système, entre 80 et 85 % de la ration totale est produite sur l’exploitation, 95 % des fourrages, et 6 à 49 % des concentrés.

En France, les systèmes d’élevages bovins et, par conséquent, les systèmes d’alimentation des bovins, sont très variés. Cela étant dit, la quasi-totalité des exploitations bovines s’appuient, pour l’alimentation de leur troupeau, sur des fourrages pour l’essentiel autoproduits sur l’exploitation.

GNIS

Réussir son semis ou son sursemis de prairies

Publié le 23/07/2018 par Hélène Flamant dans
 Il faut vérifier fréquemment la profondeur de semis. Photo : DR

Chacun est convaincu de l’intérêt de ressemer les prairies pour une productivité accrue, une qualité maximale et une saisonnalité adaptée à ses besoins. Des outils d’aide à la décision – réglette du Gnis, les www.prairies-gnis.org ou www.herbe-book.org  – sont en libre accès. Il reste ensuite à réussir l’implantation. Voici les conseils de Bruno Osson, du Gnis.

Pâturage tournant dynamique

"Les vaches sont motivées à sortir"

Publié le 26/06/2018 par Hélène Flamant dans
"Je gère l’herbe à l’œil. Je laisse les vaches 1 à 3 jours par paddock selon la pousse de l’herbe", indique Mathieu Orbion, associé au Gaec des Terres Froides.

L’herbe pâturée reste le fourrage le plus économique. Bien qu’ancienne, la pratique du pâturage tournant est aujourd’hui de nouveau mise en avant. Éleveur bio dans la Meuse, Mathieu Orbion a testé la technique pour la première fois en 2017.

Pages