La référence technique au service des éleveurs

herbe

Valorisation de l’herbe

Pâture et fauche en bandoulière

Pour qu’un pâturage tournant soit équilibré, il faut compter 50 % de la surface au pâturage dès le printemps, 20 % de fauche précoce et 30 % de fauche tardive. Photo : L.Theeten/Pixel image

La valorisation de l’herbe au pâturage est le principal levier pour atteindre l'autonomie alimentaire présenté par Didier Deleau, ingénieur régional fourrages à la station expérimentale Arvalis-Institut du végétal de Saint-Hilaire-en-Woëvre.

Ration Gagnante

Raisonner la ration dès l'implantation avec LG

Choisir des variétés complémentaires de maïs et de fourragères pour optimiser la couverture des besoins des animaux, sur la base des apports journaliers recommandés, tel est l'objectif de la nouvelle démarche Ration Gagnante de LG Semences. Photo : M.Ballan/Pixel Image

LG Semences a lancé, à l'occasion du Space 2016, Ration gagnante, une nouvelle approche de l'alimentation animale basée sur la complémentarité du maïs et des fourragères prairiales et sur la couverture des apports journaliers recommandés (AJR), au profit de la rentabilité des exploitations.

Engraissement des jeunes bovins

Neobif teste de nouvelles conduites alimentaires

L'allègement des carcasses est sans incidence sur la qualité des carcasses et des viandes. Photo : H.Grare/Pixel Image

La rémunération des quelque 90 000 éleveurs allaitants français est dépendante des prix du maigre et du gras mais aussi des coûts alimentaires, qui n’ont cessé d’augmenter depuis dix ans.

Autonomie fourragère

Produire des performances animales au pâturage

Faire de la croissance à l'herbe, sans complémentation, c'est possible. À condition de bien gérer le pâturage, c'est-à-dire de respecter quelques fondamentaux : exploiter l'herbe tôt et tard, ne pas la gaspiller, bien adapter le chargement et faucher tôt. Photo : H.Grare/Pixel Image.

L’herbe est la ressource alimentaire la moins coûteuse, à condition qu'elle soit bien gérée. Ce qui signifie respecter les fondamentaux…

Estimations au 31 août 2015

Le revenu en élevage laitier décroche de 15 000 €

La forte baisse du prix du lait à la production entraîne une forte chute du revenu des éleveurs en 2015, d’autant que dans certaines régions la canicule et la sécheresse ont affecté la production par vache. Photo : A. Cotens/ Pixel image

Le revenu des exploitations bovins laitiers s’inscrit en forte chute en 2015, selon une étude du département économie de l’Institut de l’élevage. Ce dernier a estimé le RCAI (revenu courant avant impôt et cotisations sociales) sur un groupe d’exploitations laitières spécialisées de plaine et un autre de montagne.

Ferme expérimentale de Trévarez

5 mois de pâturage seul avec robot, c’est possible

La conduite mise en place avec deux paddocks par 24h a permis aux vaches de circuler librement entre le robot de traite mobile et les pâtures. Photo : D. Bodiou/ Pixel Image

Faire pâturer les vaches pendant plus de 5 mois avec un robot de traite est possible, sans apporter de fourrages à l’auge, avec peu de concentrés, et en limitant le travail d’astreinte.

Inra de Mirecourt

Des systèmes agricoles autonomes et rentables

Les 40 vaches du système herbager passent en moyenne 246 jours/an au pâturage. Elles produisent 5 100 kg de lait/an avec zéro concentrés. Photo : H.Grare/PixeI Image.

Jusqu'en 2004, l'exploitation agricole de l'Inra Aster-Mirecourt fonctionnait selon un système de polyculture élevage laitier classique. En 2004, l’unité a changé radicalement de système…

Réduction des gaz à effet de serre

La monnaie CO2 est désormais en circulation

Pierre Weill et Jean-Pierre Pasquet, co-présidents de Bleu-Blanc-Cœur.

Réduire les émissions de méthane des vaches laitières, c’est possible en leur proposant une alimentation à base d’herbe, de luzerne, de lin, comme le prévoit le cahier des charges de l’association Bleu-Blanc-Cœur.  Pour récompenser les

États-Unis

Pâturer en mode... bison

Troupeau de vaches angus conduites en "mob grazing" chez un des pionniers américains en la matière, Gabe Brown, Dakota du Nord.

Le "mob grazing" peut se traduire ainsi: pâturage mobile intensif. Il s’agit d’imiter ce que font naturellement les troupeaux de grands herbivores à l’état sauvage, en premier lieu les bisons. Dans les grandes plaines centrales des États-Unis, au temps où ils étaient des millions, de gigantesques troupeaux migraient ainsi du nord au sud du pays.