La référence technique au service des éleveurs

investissement

Sill Entreprises

L’usine de lait infantile opérationnelle en 2021

La nouvelle usine produira 18 000 tonnes de lait infantile en poudre par an, exclusivement destinées à l'exportation.

Lancé en juillet 2018, le chantier de l'usine de lait infantile de Sill Entreprises, à Landivisiau (Finistère), entre dans une nouvelle phase avec la création d’une tour de séchage de dernière génération.

Sill Entreprises

80 M€ investis dans une usine de lait infantile

L’unité de production et sa tour de séchage du lait verront le jour en 2020 à Landivisiau (Finistère).

Le groupe Sill Entreprises, implanté à Plouvien dans le Finistère, a annoncé le 17 juin un investissement de 80 millions d'euros dans la construction d’une unité de production de lait infantile à Landivisiau (29). Les travaux débuteront sur le site le 2 juillet prochain, pour une livraison de l’outil en 2020.

État de l’endettement et de la trésorerie des élevages bovins laitiers

La dégradation des comptes s’intensifie

Une enquête réalisée début 2016 auprès de créanciers des éleveurs montre une nette augmentation des encours et l’apparition de nouveaux publics d’éleveurs en difficulté. Photo : L.GUENEAU/CNIEL

Lors de la conférence Grand angle Lait le 12 avril, l’Institut de l’élevage a présenté un état de l’endettement et de la trésorerie des élevages bovins laitiers.

Nutrition animale

Sanders investit le Nord

Bernard Mahé, Directeur Général de Sanders et Alexandre Raguet, directeur de Sanders Nord présente la nouvelle usine de Landrecies. Photo: A. Cotens/Pixel Image

L'entreprise Sanders a présenté hier son nouvel outil de fabrication d’aliments pour la nutrition animale. Située à Landrecie dans le département du Nord, l’usine a bénéficié d’un investissement total de 15,4 millions d’euros.

Etude Ademe 2013-2014

La méthanisation est rentable avec subventions

Représentant 38% de l'investissement en moyenne, les subventions sont indispensables à la rentabilité des unités de méthanisation à la ferme. Photo : M. Lecourtier/Pixel image

Selon une étude commandée par l'Ademe et menée conjointement par Biomasse Normandie, la SEMAEB et l’APESA entre janvier 2013 et février 2014, les projets de méthanisation ne peuvent aujourd’hui trouver un équilibre économique que grâce aux aides accordées par l’ensemble des administrations compétentes. En cause, des projets qui engendrent un fort endettement et une valorisation possible peu optimisée au sein des unités à la ferme.