La référence technique au service des éleveurs

revenu

États généraux de l’alimentation

EGA : Macron prend position

« Il n’est plus possible aujourd’hui qu’en France, un tiers des agriculteurs gagne moins de 350 euros par mois », a affirmé le président de la République, Emmanuel Macron. © Cheick Saidou/Min.Agri.Fr

« Il n’est plus possible aujourd’hui qu’en France, un tiers des agriculteurs gagne moins de 350 euros par mois », a affirmé le président de la République, Emmanuel Macron.  En déplacement le mercredi 11 octobre à Rungis, il a tout d’abord tenu à rappeler les deux objectifs des États généraux de l’alimentation (EGA) : « Le premier, permettre aux agriculteurs

Estimations de la MSA

Le revenu moyen 2016 entre 13 000 et 15 000 €

Selon la MSA, près de 20% des exploitants seraient en déficit en 2016, une proportion qui varierait de 11% à 35% des exploitants selon les caisses régionales. Photo : D. NEUMEISTER

Le revenu annuel des agriculteurs a légèrement augmenté en 2016, selon un premier bilan de la Mutualité sociale agricole (MSA) diffusé le 10 octobre.

Estimations au 31 août 2015

Le revenu en élevage laitier décroche de 15 000 €

La forte baisse du prix du lait à la production entraîne une forte chute du revenu des éleveurs en 2015, d’autant que dans certaines régions la canicule et la sécheresse ont affecté la production par vache. Photo : A. Cotens/ Pixel image

Le revenu des exploitations bovins laitiers s’inscrit en forte chute en 2015, selon une étude du département économie de l’Institut de l’élevage. Ce dernier a estimé le RCAI (revenu courant avant impôt et cotisations sociales) sur un groupe d’exploitations laitières spécialisées de plaine et un autre de montagne.

Ferme expérimentale de Mauron

Une piste pour réduire le coût alimentaire des JB

La substitution du soja par de la luzerne ou du trèfle violet sous forme enrubannée se traduit, dans une ration à base de blé, par une amélioration du revenu d’environ 10 %.  Photo : D. Bodiou/pixel image

Introduire de la luzerne ou du trèfle violet dans une ration jeunes bovins à base de blé améliore le revenu, alors que celui-ci est légèrement dégradé avec une ration à base de maïs ensilage. Tel est l’enseignement d’une étude menée à la station expérimentale bovine de Mauron (Morbihan).