La référence technique au service des éleveurs

Matière organique

50 000 t d'effluents compostés en Anjou en 2017

En 2014, la plate-forme de Saint-Pierre-du-Chemin, modèle de la future plate-forme de Beaupréau, a valorisé 44 000 tonnes d'effluents d'élevage en 40 300 tonnes de compost. Photo: Nathalie Tiers

L'union de coopératives Fertil'Eveil vient de lancer une procédure pour la construction d'une unité de compostage en enceinte confinée à Beaupréau (Maine-et-Loire). La réunion publique d'information est prévue le 1er décembre. Détenue par les coopératives Cavac (45%), Coop Eveil (45%) et Terrena (10%), Fertil'Eveil possède déjà un outil de ce type qui a fait ses preuves à Saint-Pierre-du-Chemin (Vendée).

En 2014, cette unité a valorisé 44 000 tonnes d'effluents d'élevage provenant de 130 éleveurs en
40 300 tonnes de compost. Elle représente une solution pour les éleveurs ne disposant pas de surfaces d'épandage suffisantes, et permet de fournir un compost de qualité aux exploitations en déficit de matière organique. Les effluents sont repris au tarif de 6 euros/tonne aux éleveurs, et le compost est vendu plusieurs mois après 64 euros/tonne rendu racine, principalement dans le quart sud-ouest de la France.

L'unité de Beaupréau qui devrait être mise en service en janvier 2017 traitera 50 000 tonnes d'effluents d'élevage (volailles, bovins) venant des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres, pour produire 45 000 tonnes d'engrais et amendements organiques normés. L'investissement représente 4,5 millions d'euros et générera trois emplois directs. Il entraînera une évolution du capital de Fertil'Eveil, dont chaque coopérative détiendra à terme 33%.

Questions légitimes

Gérard Chevalier, maire de Beaupréau et président de la communauté de communes du Centre Mauges, qui a commercialisé une parcelle de 7 ha pour ce projet dans la zone d'activités Anjou Actiparc Centre Mauges, est enthousiaste et confiant :

Nous sommes très attachés à l'élevage sur notre territoire et nous n'avons pas hésité une seconde, car ce projet est une réponse qualitative vis-à-vis du respect de l'environnement. Il aura une incidence sur le maintien de la capacité des éleveurs à produire. Les questions de la population seront légitimes : nous serons transparents et nous sommes confiants dans les réponses que nous apporterons.

Les acteurs d'Anjou Actiparc ont déjà eu une présentation du projet qu'ils ont reçue positivement. Par ailleurs, le recul d'expérience sur le site de Saint-Pierre-du-Chemin montre que ce type d'outil ne présente pas de nuisances particulières, notamment olfactives. En effet, les trois bâtiments de Beaupréau seront en dépression d'air, et 40 000 m3 d'air seront traités par heure.
 


Installation pour le traitement de l'air à Saint-Pierre-du-Chemin. Photo: Nathalie Tiers

Guy Raymond, directeur de Fertil'Eveil, rassure :

Des habitants de Saint-Pierre-du-Chemin qui ont combattu le projet hier viennent aujourd'hui nous acheter du compost ! Certains surveillent quotidiennement la présence d'odeurs, et ça se passe plutôt bien. Depuis 18 mois, nous avons encore amélioré en fournissant aux éleveurs un complexe bactérien afin de fixer l'ammoniac dans les litières.

Lire aussi :
Une méthode pour faire parler les sols
Valoriser ses engrais de ferme sur maïs fourrage
 

 

 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSCheval santéRelations cultureAfrique Agriculture
Plan du site